Bataille des retraites en France - Sarkozy dans la dernière ligne droite

Paris — La bataille contre la réforme des retraites en France, qui devrait être adoptée définitivement mercredi, entre dans sa dernière ligne droite avec une semaine ponctuée par de nouvelles manifestations, la poursuite des grèves et des pénuries de carburant.

Au plus bas dans les sondages, le président Nicolas Sarkozy est confronté à la plus grave crise depuis son élection en 2007. Il compte sur les vacances de la Toussaint et l'accélération du calendrier législatif pour affaiblir la mobilisation, avant de remanier son gouvernement.

De leur côté, les syndicats vont lancer toutes leurs forces dans le dernier bras de fer avant la promulgation de la loi, sans doute le 15 novembre selon un proche du président, en maintenant la pression dans le secteur de l'énergie et en organisant plusieurs journées d'action: les étudiants seront demain dans la rue, avant une journée nationale d'action jeudi puis le 6 novembre. Un quart des stations-service françaises n'étaient pas approvisionnées hier en raison du mouvement d'opposition à la réforme des retraites, un chiffre stable montrant que la crise du carburant se poursuit dans le pays.

En raison des départs en vacances de la Toussaint, le gouvernement a donné la priorité à l'approvisionnement des stations d'autoroute : sur 350 environ, seules cinq d'entre elles étaient fermées hier matin, a déclaré sur Europe 1 Raymond Soubie, conseiller social de l'Élysée.

«Globalement, il y a actuellement une station-service sur quatre qui n'est pas approvisionnée», a-t-il ajouté. Ce chiffre n'évolue guère depuis mercredi, après avoir atteint les 30 % des stations en début de semaine. L'Union française des industries pétrolières (UFIP) s'attend à une difficulté ponctuelle aujourd'hui, car «les lundis sont toujours plus tendus», les stations étant moins alimentées le dimanche malgré l'autorisation exceptionnelle de circuler pour les transporteurs d'hydrocarbures.

«La situation ne va pas se détériorer et va s'améliorer, mais très progressivement», a promis le conseiller aux affaires sociales de l'Élysée.

***

Avec Reuters
1 commentaire
  • Dindorf Michel - Inscrit 25 octobre 2010 14 h 41

    soutiens internationaux

    Bonsoir...
    Aujourd'hui, tous les biens publics, et services publics Français sont démantelés, bradés... reste partiellement la police, l'armée, les impôts et la justice... le referundum national officiel qui, par un NON majoritaire ,s'opposait à de telles dispositions à été annulé(vérifiable) par le parlement ! Aujourd'hui, bien que Monsieur Nicolas Sarkozy ait affirmé à plusieurs reprises(vérifiable) qu'il laisserait la retraite à 60 ans, il s'y attaque férocement... écartant toute proposition constructive... la seule divergence entre les engagements du président et ses actes mériterait, dans une réelle démocratie, une destitution immédiate...

    Une des anciennes gravissimes erreur aura été de ne pas soutenir les grévistes Anglais face à Tatcher... l'écrasement des syndicats Anglais sert de référence aujourd'hui dans tous les pays d'Europe pour écraser la solidarité, la liberté, la dignité, la fraternité, l'égalité... Plusieurs syndicats de plusieurs pays pouvaient alors soutenir les syndicats Anglais... de nombreux citoyens éclairés pouvaient le faire aussi...

    Même si l'on est loin d'être tous en accord à 100% sur tout, même si plusieurs pays sont attaqués simultanément...face aux esclavagistes modernes, pour une Planète en Harmonie, tachons de ne pas recommencer éternellement les mêmes erreurs...
    MD

    http://www.raffineriegrandpuits.fr/