Vendre des îles n'est pas une solution

Berlin — Vendre des îles grecques n'est pas une solution pour résoudre la crise budgétaire, a estimé le Premier ministre grec, Georges Papandréou, après une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel hier à Berlin. «Je pense qu'il y a des solutions plus créatives pour prendre en charge le déficit [budgétaire] que de vendre les îles grecques», a lancé le premier ministre lors d'une conférence de presse à la chancellerie.

Hier des députés allemands ont appelé la Grèce à vendre des îles pour aider à financer sa dette, ce qui sous la plume du quotidien populaire Bild donnait «On vous donne du fric, vous nous donnez Corfou».

«L'État grec doit renoncer à sa participation dans des sociétés, et vendre des propriétés foncières, comme par exemple des îles inhabitées», a affirmé le député libéral Frank Schäffler, du parti FDP au pouvoir. Interrogé par la suite par la chaîne de télévision N24, M. Schäffler a également estimé que financer la Grèce revenait à donner de l'alcool à un alcoolique.

Pour le député du parti CDU d'Angela Merkel, Marco Wanderwitz, «si l'Union européenne et donc l'Allemagne venait à aider financièrement la Grèce, il faudrait qu'elle consente des garanties en échange». «Quelques îles pourraient ainsi faire l'affaire».

L'opinion publique allemande est extrêmement remontée contre une éventuelle aide financière à la Grèce.