Ukraine - Vote de censure contre Ioulia Timochenko

Ioulia Timochenko
Photo: Agence Reuters Vladimir Sindeyev Ioulia Timochenko

Kiev — Le nouveau président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, a obtenu hier l'éviction de sa tenace rivale, la première ministre Ioulia Timochenko, et appelé les forces parlementaires à former une nouvelle coalition gouvernementale pour éviter des législatives anticipées.

Le Parlement a adopté hier une motion de censure à l'encontre du gouvernement de Mme Timochenko, perdante de la présidentielle du 7 février, qui devra par conséquent quitter son poste de première ministre, auquel elle s'accrochait depuis lors.

Un total de 243 députés ont voté pour la résolution (un minimum de 226 sur un total de 450 députés était nécessaire), qui avait été examinée à la demande du Parti des régions de Viktor Ianoukovitch.

Cette issue était prévisible après la désintégration mardi de la coalition qui soutenait jusqu'ici Mme Timochenko. Une trentaine de ses membres, dont sept du bloc Timochenko, se sont ralliés à M. Ianoukovitch et ont voté pour son renvoi.

Une motion de censure se traduit par le limogeage du gouvernement, qui peut toutefois demeurer en poste le temps qu'un nouveau cabinet soit formé, selon la Constitution ukrainienne.

Mme Timochenko, qui n'a toujours pas reconnu sa défaite électorale, n'a pas immédiatement réagi à l'annonce du vote. Mais elle avait indiqué peu auparavant devant les députés qu'elle n'avait aucune intention de diriger le gouvernement par intérim.

«Si la destitution du gouvernement est votée [...], notre force politique passera dans l'opposition au même instant», a-t-elle déclaré. Connue pour sa combativité, Mme Timochenko a par ailleurs promis de suivre de près les activités du nouveau président.

«Si Ianoukovitch pense qu'il va jouer tranquillement au golf et au tennis pendant que son entourage va se partager les biens stratégiques de l'État, je peux lui dire que son golf et son tennis sont finis. Il va tous les jours faire des rapports au pays et à l'opposition», a-t-elle promis.

La motion de censure votée, le Parti des régions espère mettre en place rapidement un nouveau cabinet.

M. Ianoukovitch a rencontré jeudi les chefs de groupes parlementaires, les appelant à créer une nouvelle coalition et à lui proposer un candidat au poste de premier ministre, selon un communiqué de la présidence.

«Je ne veux fixer aucune condition [...] Trouvez une volonté politique et mettez-vous d'accord», a-t-il dit, menaçant d'utiliser son droit constitutionnel de décréter des législatives anticipées dans le cas contraire.

Pour former une majorité, le Parti des régions a besoin de recruter des députés du groupe Notre Ukraine-Autodéfense populaire (NUNS), dont une partie soutient Mme Timochenko et l'autre l'ex-président Viktor Iouchtchenko.

Selon la loi, le groupe NUNS, pro-occidental, ne peut se joindre à la coalition que si plus de la moitié de ses 72 députés, soit 37 personnes, approuvent cette décision. Mercredi, seuls 15 parlementaires de cette force ont voté pour l'éviction du gouvernement.

Le leader parlementaire de NUNS, Mykola Martynenko, a par ailleurs indiqué que sa force ne pouvait négocier une alliance avec ses anciens adversaires pro-russes du Parti des régions que sous «certaines conditions» concernant l'«idéologie» et la distribution des cadres, selon Interfax.

Selon la presse, NUNS souhaite la nomination à la tête du gouvernement de son candidat, le jeune ex-président du Parlement, Arseni Iatseniouk, alors que le Parti des régions préfère voir à ce poste un de ses dirigeants, Mykola Azarov.