France - Nouvelle tempête autour du voile

Paris — Après la proposition de bannir la burqa des lieux publics, le monde politique français est déchiré par une nouvelle controverse sur le voile. Cette fois, la polémique est venue d'un petit parti d'extrême gauche, le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), dirigé par le jeune et très médiatique Olivier Besancenot. La semaine dernière, Le Figaro révélait que l'une des candidates du parti aux élections régionales des 14 et 21 mars prochain portait le voile islamique. Il n'en fallait pas plus pour qu'Ilham Moussaïd se retrouve à la une des médias. Cette jeune étudiante de 22 ans, trésorière du parti dans le Vaucluse, se dit «féministe, internationaliste et anticapitaliste». Ce qui ne l'empêche pas, dit-elle, de porter le foulard.

La nouvelle a aussitôt provoqué une tornade de critiques de la droite à l'extrême gauche en passant par les centristes. Les représentants de presque tous les partis ont désapprouvé cette décision, à l'exception notable du président du Front national d'extrême droite, Jean-Marie Le Pen, pour qui «cette fantaisie vestimentaire» n'est «pas en soi critiquable».

«Quelqu'un qui participe à une élection doit représenter tout le monde, et pas seulement ceux dont il partage les convictions religieuses», a affirmé Jean-Luc Mélanchon du Parti de gauche. La première secrétaire du Parti socialiste (PS), Martine Aubry, a dit qu'elle n'aurait «pas accepté» une femme voilée sur les listes du PS. Prenant soin de ne pas condamner directement la candidate, le socialiste François Hollande a dénoncé une grave confusion «entre l'appartenance à une religion et l'appartenance à une liste et à un parti».

«Les représentants du peuple sont par définition des gens laïcs, qui n'affichent pas leur religion», a soutenu sur France-Info Corinne Lepage, militante écologiste et vice-présidente du parti centriste, le Modem. L'une des charges les plus virulentes est venue de Fadela Amara. La secrétaire d'État à la Ville voit dans cette candidature «une forme de banalisation de ce voile qui représente encore aujourd'hui non pas un signe religieux [...], mais un projet politique qui prône l'inégalité homme femme ».

Ces critiques en rafales ont visiblement ébranlé le jeune parti auquel les sondages ne permettent guère d'espérer plus de 3,5 % des voix le mois prochain. Olivier Besancenot a défendu assez mollement sa candidate en reconnaissant que sa désignation faisait «débat, y compris dans nos propres rangs». L'exécutif du NPA a avoué traverser «une situation difficile» et regretter que l'ensemble du parti n'ait pas été informé à l'avance de cette «décision prise par les camarades du Vaucluse». À la suite de la nouvelle, une quinzaine de candidats NPA se sont désistés. Hier, le parti a précisé dans un communiqué que «le foulard est non seulement un symbole religieux visible, mais [...] également un instrument de soumission des femmes [...] même si Ilham ne le vit pas comme tel».

Sur un ton plus humoristique, l'ancien ministre socialiste Laurent Fabius a incité Olivier Besancenot à relire Léon Trotski, dont se réclame ce parti d'extrême gauche. Même opinion pour la secrétaire d'État à la Famille, Nadine Morano, qui rappelle que, selon Marx, «la religion, c'est l'opium du peuple».

*****

Correspondant du Devoir à Paris
3 commentaires
  • Michel Chayer - Inscrit 9 février 2010 03 h 30

    Des abeilles diabétiques ?

    Le progrès social n’a strictement rien à voir avec la promotion des mortifications religieuses…

    Progressiste et islamiste, c’est à l’image d’un homme-tronc qui danse la claquette.

    Existe-t-il des abeilles diabétiques ?

    Des Juifs nazis ?

    Des évêques athées ?

    Des pilotes d’avion aveugles ?

  • Ginette Durand - Inscrite 9 février 2010 07 h 29

    Encore le voile!

    Encore le voile!
    Eh! Bien, répétons-le encore. Le voile « islamique » ce n’est pas ce que dit LePen, ni ce que pensent les « anticapitalistes français ». C’est le plus vil symbole de la soumission à l’époux, au frère, au cousin, au beau-frère. C’est l’affirmation haut et clair du « deux poids deux mesures » : liberté de l’homme, soumission de la femme.
    Alors la lutte contre le voile, ne peut que profiter aux franco-musulmanes. C’est sûr que « in petto », elles approuvent les dispositions de la loi qui les fait sortir de leur état de soumission. Bien sûr, elle ne peuvent pas le crier sur les toits. Car elles recevraient une volée de bois vert à la maison : par le père, le frère et le cousin. Et leur IMAM leur vomiraient des flammes à la figure!
    Relisez « Ma vie à contre-coran » de Djemilah Benhabib. Relisez Taslima Nasreen qui, après des études de médecine, a entamé un combat pour la dignité des femmes. Elle a publié plusieurs livres qui l’on rendue célèbre. Après la publication d'un article où elle critiquait le Coran, elle a fait l'objet d'une « fatwa » émise par des mollahs. Persécutée, elle s’est réfugiée en Suède.
    Méditez ce que disent les musulmanes progressistes—et j’inclus parmi elles Madame Fatima Houda Pépin— : une conclusion s’imposera : le voile, c’est la proclamation du « deux poids, deux mesures ». Assez, c’est assez. Les femmes doivent TOUTES sortir de leur minorité.
    Fernand Falardeau

  • Huguette Marchand - Inscrite 9 février 2010 08 h 31

    Encore le voile

    Félicitations Fernand Falardeau,

    Je ne comprends absolument pas l'Europe et l'Amérique de ne pas voir l'infiltration de l'Islam dans ses entrailles, malgré toutes les preuves que nous avons de déhumanisation, de peur qu'elle engendre, de régression de la société , de culture de mort, de dévalorisation de la personne humaine, donc perte de sa dignité.

    Quand le cancer s'est infiltré aussi profondément dans une société, il y a risque de généralisation car alors les polypes et les tentacules se développent .

    Il faut maintenant à `l'humanité, un antibiotique très puissant pour détruire et neutraliser cette maladie mortelle.

    J'ai peur mantenant qu,il ne soit un peu tard. Mais si ceux qui nous gouvernent, voulaient maintenant s'attaquer à ce virus mortel in extremis, afin de protéger notre peuple et nos lois, ce serait l'Ultime moyen avant que nous tombions sous le joug de la charia.