La Grèce vit de nouvelles manifestations d'étudiants

Athènes — Des affrontements entre policiers et jeunes ont de nouveau eu lieu hier à Athènes, faisant quelques blessés et entraînant une vingtaine d'arrestations, en marge d'une manifestation d'étudiants et lycéens en mémoire d'un lycéen de 15 ans, tué il y a un an par un policier.

Les premières échauffourées ont éclaté au départ du cortège, quand une centaine de jeunes, certains âgés de 12 à 13 ans, a jeté des pierres contre un cordon de forces antiémeute, avant d'être dispersée par une charge, a constaté un journaliste de l'AFP.

D'autres groupes se sont ensuite faufilés dans le défilé, qui a rassemblé plus de 5000 personnes selon la police, lançant épisodiquement des projectiles contre des vitrines et les policiers, qui ont tiré des gaz lacrymogènes.

Les fauteurs de trouble étaient régulièrement repoussés par le service d'ordre, assuré par de jeunes manifestants, tandis que des enseignants et parents s'employaient aussi à maintenir le calme.

La police a fait état de deux policiers légèrement blessés.

Les manifestants se sont dispersés en milieu d'après-midi face à un impressionnant cordon policier bloquant l'accès au rectorat de l'université d'Athènes.

Environ 5000 personnes ont également manifesté hier après-midi à Salonique, la deuxième ville du pays, dans le nord. Des incidents s'y étaient aussi produits dimanche, au cours desquels une dizaine de magasins ont été endommagés.