Air France change ses sondes de vitesse

Aéroport de Roissy — Air France a accepté qu'aucun Airbus A330 et A340 de sa flotte ne décolle dorénavant sans être équipé d'au moins deux sondes de vitesse de la nouvelle génération, a annoncé le premier syndicat de pilotes.

Cette mesure a été décidée hier, sous la pression des pilotes, après la catastrophe du vol AF447 Rio-Paris qui a fait 228 morts la semaine dernière. «Aujourd'hui, il n'y a plus aucun avion Air France qui vole sans au moins deux sondes modifiées», a déclaré Louis Jobard, président de la section Air France du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), majoritaire, lors d'une conférence de presse à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle.

Cette mesure de précaution était appliquée depuis plusieurs jours, mais sur un nombre limité d'itinéraires. Le SNPL a souligné qu'une défaillance d'une sonde, surnommée «tube Pitot», de l'Airbus accidenté n'était pas «formellement établie.» Mais il y a «un faisceau de présomptions sur le fait que ces sondes pourraient être un facteur contributif», a déclaré Erick Derivry, son porte-parole.

Parallèlement, les enquêteurs ne désespèrent pas de retrouver les boîtes noires, susceptibles de fournir les données les plus claires sur le déroulement du vol AF447. Le Bureau d'enquêtes et analyses (BEA) dispose pour l'instant de 24 messages de panne automatiques transmis par l'avion et qui montrent une cascade de problèmes techniques.

Le sous-marin nucléaire Émeraude est attendu demain sur le lieu des recherches au large du Brésil. Il est équipé de puissants sonars pour tenter de repérer les signaux émis par les boîtes noires. Les débris de l'appareil récupérés par la marine brésilienne seront probablement envoyés en France et analysés.

À voir en vidéo