Conséquence de la crise - 104 millions de personnes sous-alimentées de plus

Paris — La faim dans le monde touchera 104 millions de personnes de plus en 2009 en raison de la crise, portant le nombre total de personnes sous-alimentées à près d'un milliard, a estimé hier Jacques Diouf, directeur de l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

«Nous estimons que 104 millions de personnes supplémentaires n'auront pas un accès adéquat à la nourriture cette année en raison de la crise économique et financière», a déclaré M. Diouf lors d'une conférence de presse à Paris. «Nous arriverons à peu près à un milliard de personnes qui seront privées de leur droit fondamental à l'alimentation», a-t-il précisé, ajoutant que ce niveau n'avait jamais été atteint par le passé.

En 2008, le nombre de personnes sous-alimentées avait augmenté de 40 millions sous l'effet de la flambée des prix des produits alimentaires, a déclaré M. Diouf, précisant que la hausse en 2007 avait concerné 75 millions de personnes.

L'insécurité alimentaire affecte principalement 32 pays dans le monde qui nécessitent une aide d'urgence, a ajouté M. Diouf, estimant par ailleurs qu'il fallait doubler la production alimentaire mondiale.

Le patron de la FAO a également appelé les pays développés à tenir leurs engagements en matière d'aide aux pays pauvres, en dépit de la crise. Il a souligné que les sommes nécessaires pour cela étaient sans commune mesure avec celles dépensées récemment pour aider le secteur bancaire. «On ne peut pas comparer les mille milliards dollars dépensés pour faire face à la crise financière [...] avec les sommes qui sont nécessaires pour permettre aux personnes de satisfaire leur besoin le plus fondamental, qui est de manger», a-t-il argumenté.

À voir en vidéo