Séisme: le bilan s'alourdit

L'Aquila, Italie — Le bilan du terrible séisme de lundi dans le centre de l'Italie s'approchait des 300 morts hier, à la veille des funérailles nationales, alors que la polémique enflait sur les graves défaillances des constructions en zone sismique.

Répandant la peur parmi les milliers de sans-abri, la terre a continué de trembler dans la région de L'Aquila, épicentre du séisme de lundi, avec 65 secousses pour la seule nuit de mercredi à jeudi et une forte réplique de magnitude 5,1 sur l'échelle de Richter hier soir vers 19h40 GMT.

Avec au moins 287 morts, dont 20 enfants, ce tremblement de terre est le plus meurtrier depuis 30 ans en Italie, un pays à risque sismique élevé.

Polémique

Alors que quelque 10 000 bâtiments et maisons ont été endommagés, le président de la République, Giorgio Napolitano, a appelé à un «examen de conscience», lors d'une visite sur les lieux de la catastrophe.

«De nombreuses personnes participent à la construction d'une maison — le constructeur, l'inspecteur [...]. Personne ne doit fermer les yeux. Ni celui qui vend, ni celui qui achète», a-t-il lancé, dénonçant la violation des normes de construction antisismiques et des retards dans la législation.

Il a visité un lieu symbole du drame, le foyer des étudiants qui s'est écroulé lundi comme un château de cartes et dont deux corps sans vie ont encore été retirés dans la nuit de mercredi à jeudi.

Selon le dernier bilan des carabiniers de L'Aquila, entre 20 et 30 personnes étaient toujours portées disparues hier et le nombre des blessés était de 1170, dont 179 dans un état grave.

À voir en vidéo