Guadeloupe - Le gouvernement fait une nouvelle offre

Paris — Le gouvernement a fait hier une nouvelle proposition pour dénouer le conflit qui paralyse la Guadeloupe depuis cinq semaines, alors que la situation se tend en Martinique.

L'exécutif a proposé un forfait mensuel de 80 euros d'ici à la fin 2009 pour les 45 000 personnes percevant les plus bas salaires, dans le cadre de l'adaptation du revenu de solidarité active (RSA) en outremer.

«Il s'agirait d'un revenu supplémentaire temporaire d'activité dans le cadre d'un dispositif transitoire» qui restera en vigueur jusqu'à la pleine application du RSA en 2011, précise-t-on à Matignon. Les négociations salariales entre le collectif contre l'exploitation (LKP), le patronat local et l'État, qui avaient été suspendues lundi, devaient reprendre en début de soirée hier.

Élie Domota, le leader du LKP, a rappelé que les organisations engagées dans la grève refusaient le principe d'une allocation de type RSA. «C'est une rétribution du travail que nous demandons, pas une allocation», a-t-il dit, précisant qu'un tel système basé sur la situation familiale était source d'inégalités.

Le LKP réclame une augmentation salariale mensuelle de 200 euros qui devrait bénéficier à 45 000 salariés et l'Union des chefs d'entreprise de Guadeloupe (UCEG) a suggéré que cette mesure soit financée pour moitié par l'État via une franchise de la CSG et de la CRDS sur trois ans.