Affaire UBS - Les Suisses résistent

Berne — Le gouvernement suisse a annoncé hier qu'il ne participerait pas à une audition le 4 mars sur l'évasion fiscale devant le Sénat américain, en réaction aux mesures prises par les autorités américaines à l'encontre de l'Union des banques suisses (UBS).

«Nous avons communiqué par écrit que nous ne participerons pas», a précisé hier Roland Meier, porte-parole du Département fédéral des finances. Cette décision est liée au fait que, malgré l'arrangement trouvé avec l'UBS, une plainte civile a été déposée aux États-Unis.

Le Conseil fédéral a «regretté que le département américain de la justice menace UBS par des mesures unilatérales alors même que la grande banque et les autorités helvétiques ont collaboré avec les autorités américaines».

Prévue pour demain, l'audition consacrée à la poursuite de l'évasion fiscale a été remise au 4 mars prochain. Plus précisément, la thématique porte sur les banques comme soutien à l'évasion fiscale et le respect des directives fiscales américaines. Il doit être question des clients suspects d'UBS et du secret bancaire.

Le fisc américain (Internal Revenue Service) cherche à contraindre l'UBS de lui livrer des informations sur les comptes suisses de 52 000 clients américains, soupçonnés de fraude fiscale portant sur près de 15 milliards de dollars.

À voir en vidéo