Islande - Les sociaux-démocrates chargés de former un gouvernement

Reykjavik — Le président islandais Olafur Ragnar Grimsson a chargé hier la dirigeante sociale-démocrate Ingibjorg Gisladottir de former le nouveau gouvernement.

Gisladottir était ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement sortant, qui n'a pas survécu à la crise financière et économique.

«J'ai décidé de demander aux dirigeants de l'Alliance sociale-démocrate et du Parti de la gauche et des Verts [actuellement dans l'opposition] d'engager des discussions sur la formation d'un nouveau gouvernement minoritaire. Je donne par conséquent mandat à Ingibjorg Gisladottir pour qu'elle conduise ces discussions», a-t-il dit.

Les sociaux-démocrates étaient jusque là associés au Parti de l'indépendance du premier ministre Geir Haarde, qui a remis sa démission lundi face à la montée du mécontentement de la population.

Le chef de l'État a estimé que la mise en oeuvre d'un gouvernement d'union nationale n'était pas réaliste dans les circonstances présentes.

Deuxième force politique du pays, les sociaux-démocrates disposent de 18 des 63 sièges de l'Althingh, le Parlement islandais. Le Parti de la gauche et des Verts compte neuf élus et le Parti progressiste, qui pourrait soutenir la future coalition, dispose de sept députés. Le Parti de l'indépendance a, lui, 25 élus.

Longtemps classée parmi les pays les plus riches du monde, l'Islande a vu son économie s'effondrer du fait de la crise financière et du blocage du marché du crédit qui a précipité en octobre la chute de son système bancaire et de sa devise.

Le produit intérieur brut de l'île devrait fondre de 9,6 % en 2009. Le chômage devrait s'établir à la fin de l'année à 7,8 % de la population active et poursuivre sa progression en 2010. L'inflation qui a suivi le dévissage de la couronne dépasserait les 13 %.

À voir en vidéo