En bref - La grogne contre Edvige prend de l'ampleur

Paris — En France, l'inquiétude et les protestations contre le fichier de police Edvige, qui concernera les responsables politiques, syndicaux, économiques et religieux, ont gagné les rangs de la majorité avec le ministre de la Défense Hervé Morin et le patronat avec Laurence Parisot.

Pour la première fois, le premier ministre François Fillon a pris la défense hier de ce fichier et regretté les réserves émises par son ministre de la Défense Hervé Morin. Les nouvelles prises de position contre Edvige attisent le mobilisation d'un collectif de syndicats, de partis et d'associations qui doivent donner une conférence de presse aujourd'hui et disent avoir réuni plus de 120 000 signatures. «C'est quelque chose qui me gêne beaucoup. Je suis assez troublée par ce que nous sommes en train de découvrir. Je note que nous n'avons pas été consultés alors que nous sommes concernés en tant que militants de l'entreprise», a dit Laurence Parisot, présidente du Medef. La déclaration samedi du ministre de la Défense dénonçant le fichier dans lequel il voit un «mélange des genres» a suscité un rappel à l'ordre de François Fillon.

À voir en vidéo