En bref - La Belgique cherche à éviter une nouvelle crise

Bruxelles — Yves Leterme, premier ministre belge, a annulé un déplacement prévu hier à Paris afin de se concentrer sur les discussions destinées à éviter une nouvelle crise gouvernementale.

Les tenants de la ligne dure du parti d'Yves Leterme pressent le chef du gouvernement de réaliser des progrès dans les négociations sur la réforme des institutions, qui vise à parvenir à un nouvel équilibre en matière de pouvoir entre les 6,5 millions de Flamands et les 4 millions de francophones en Belgique, avant une date-butoir fixée à demain. Les entretiens sur la réforme des institutions sont dans l'impasse depuis des mois et les chances sont minces d'aboutir à un compromis qui permettrait d'empêcher l'effondrement de la fragile coalition gouvernementale. Si Yves Leterme ne fait pas état d'une percée dans les discussions demain devant le Parlement, son gouvernement pourrait chuter, ce qui pourrait plonger le pays dans une crise encore plus profonde menaçant de provoquer une scission entre la Flandre et la Wallonie.