Tbilissi veut une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU

Tbilissi — La Géorgie réclame «une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU» sur l'évolution récente de la situation dans ses régions séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud, a annoncé hier le vice-ministre géorgien des Affaires étrangères, Grigol Vachadzé.

«Les préparatifs en vue d'une rencontre entre les présidents géorgien [Mikheïl Saakachvili] et russe [Dmitri Medvedev] ont été arrêtés», a ajouté le vice-ministre. De tels préparatifs étaient en cours ces dernières semaines, mais aucune date précise n'avait été rendue publique pour cette réunion.

«Je ne pense pas que cette rencontre aura lieu, les contacts sont interrompus [...]. Maintenant, il y a un incendie [dans les relations avec Moscou] qui doit être éteint», selon M. Vachadzé.

La situation n'a cessé de s'aggraver ces derniers jours dans les deux territoires indépendantistes pro-russes en proie à des violences désormais quasi quotidiennes sur fond de rivalité entre les États-Unis, qui soutiennent l'adhésion de la Géorgie à l'OTAN, et la Russie, accusée par Tbilissi de vouloir annexer l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud.

La Géorgie avait rappelé jeudi son ambassadeur à Moscou pour consultations.

De son côté, le ministère russe des Affaires étrangères a insisté hier sur un retrait des troupes géorgiennes d'Abkhazie et sur la signature par Tbilissi d'un accord prévoyant le non-recours à la force contre les régions séparatistes.

À voir en vidéo