En bref - Le Sénat français contre l'inscription des langues régionales

Paris — Contre l'avis du gouvernement, le Sénat a supprimé hier l'inscription des langues régionales dans la Constitution, une disposition introduite par les députés dans le projet de loi constitutionnelle modifiant les institutions.

Par 216 voix contre 103, les sénateurs ont adopté un amendement supprimant une disposition introduite par les députés le 22 mai avec l'accord de Rachida Dati, garde des Sceaux. Le groupe UMP du Sénat a dans sa grande majorité voté la suppression de cette disposition. Les centristes et la gauche ont voté contre cette suppression, à l'exception de quelques élus comme le socialiste Robert Badinter. L'Académie française avait fait porter vendredi dernier une lettre à Nicolas Sarkozy, chef de l'État, pour lui faire part de son opposition à l'entrée des langues régionales dans la Constitution.