La Suisse a «envahi» le Liechtenstein

Genève — L'armée suisse s'interdit toute mission offensive à l'étranger mais une troupe de 170 soldats armés a pourtant bel et bien franchi la frontière avec le Liechtenstein lors d'une marche de nuit, a indiqué hier avec embarras un responsable de l'armée suisse.

Le commandant d'une troupe s'est égaré dans les Alpes dans la nuit de mercredi à jeudi lors de manoeuvres nocturnes à cause des mauvaises conditions climatiques, a expliqué le porte-parole des forces terrestres de l'armée suisse, Daniel Reist, confirmant des informations du quotidien alémanique Blick.

Déviant de leur trajectoire initiale, les soldats se sont enfoncés de plusieurs kilomètres à l'intérieur de la principauté, à l'est de la Suisse, a-t-il reconnu.

«Il faisait tellement sombre à ce moment-là», a raconté un des soldats au quotidien populaire.

S'apercevant bientôt de son erreur, le commandant a immédiatement donné l'ordre à sa troupe de faire demi-tour.

Ce n'est pas la première fois que la Suisse envahit par erreur son pacifique petit voisin. En décembre 1985, lors d'un exercice de l'artillerie suisse, une série de roquettes déviées par un violent orage hivernal se sont abattues sur le territoire de la principauté. La forêt de Bannwald, un site protégé, avait pris feu.

L'incident avait provoqué une longue querelle entre le ministère suisse de la Défense et le Liechtenstein, et Berne avait dû s'acquitter de millions de francs suisses en guise de dédommagement, selon le Blick.