Italie - Désavoué au Sénat, Prodi démissionne

Rome — La politique étrangère de son gouvernement de centre-gauche ayant été désavouée dans l'après-midi au Sénat, le président du Conseil italien, Romano Prodi, a présenté hier soir sa démission au chef de l'État, qui l'a acceptée.

Ce type de crise a un air de déjà vu pour Prodi, qui, lorsqu'il avait été président du Conseil voici près de dix ans, avait vu son mandat écourté par la rébellion d'une partie de ses alliés de la coalition de gauche d'alors.

Le président Giorgio Napolitano, arbitre suprême du jeu politique italien, a annoncé qu'il entamerait dès aujourd'hui des consultations avec les partis politiques sur l'avenir politique du pays.

Les principaux partis de la coalition de centre-gauche souhaitent toutefois que Prodi soit de nouveau confirmé comme chef de gouvernement, a déclaré dans la soirée Dario Franceschini, dirigeant de la coalition de l'Olivier. «Nous sommes prêts à renouveler notre entière confiance à Prodi», a dit Franceschini après l'annonce de sa démission.

Prodi a déclaré un peu plus tard qu'il était effectivement prêt à continuer à diriger un gouvernement, mais à la condition expresse que la majorité de centre-gauche l'assure de son soutien, a indiqué son porte-parole.

À voir en vidéo