En bref - Blair veut impliquer la Syrie et l'Iran

Londres — Le premier ministre britannique, Tony Blair, a ajouté sa voix hier aux appels en faveur d'une implication de la Syrie et de l'Iran dans les efforts de stabilisation de l'Irak, une idée constamment rejetée par George Bush mais qui progresse aux États-Unis.

Dans un discours de politique étrangère, Blair va insisté sur la nécessité d'une stratégie d'ensemble pour le Proche-Orient, impliquant aussi la recherche de solutions pour le conflit israélo-palestinien et le Liban. Cette stratégie doit préciser à la Syrie et à l'Iran les moyens de jouer un rôle constructif dans la région, mais aussi les prévenir des conséquences d'une attitude inverse, a déclaré une porte-parole du premier ministre britannique. Ce message n'est pas nouveau mais il prend de l'importance dans le contexte actuel, a-t-elle ajouté.