En bref - Convaincus à jamais

New York — Nombre d'Américains restent convaincus du bien-fondé de certaines justifications avancées par Washington pour intervenir en Irak, pourtant largement discréditées depuis, révèle un sondage de l'institut Harris Interactive publié hier.

Près de trois ans après l'entrée des États-Unis en Irak, 26 % des Américains croient toujours que Bagdad avait bien des armes de destruction massive au moment de l'intervention américaine, et 41 % restent persuadés que Saddam Hussein avait des liens étroits avec al-Qaïda. Quelque 22 % croient aussi que Saddam Hussein «a contribué à planifier et soutenu les pirates de l'air ayant attaqué les États-Unis le 11 septembre» 2001. Environ 24 % pensent d'ailleurs que «plusieurs de ces pirates de l'air étaient Irakiens». Ce sondage a été conduit du 8 au 14 décembre auprès de 1961 personnes de plus de 18 ans. Il comporte une marge d'erreur de plus ou moins 2 %.