Un défenseur de la libre entreprise à la tête de la SEC

Le président George W. Bush écoute Christopher Cox répondre aux journalistes après l’annonce de la nomination de l’ancien parlementaire à la tête de la SEC.
Photo: Agence Reuters Le président George W. Bush écoute Christopher Cox répondre aux journalistes après l’annonce de la nomination de l’ancien parlementaire à la tête de la SEC.

Washington — Le nouveau président désigné de la commission américaine des opérations de Bourse (SEC), Christopher Cox, est un vétéran du Congrès, fervent défenseur des baisses d'impôt, de la libre entreprise et d'un État moins interventionniste.

À 52 ans — il est né le 16 octobre 1952 —, Christopher Cox a déjà passé plus de 16 ans comme représentant de la Californie à la Chambre des représentants, où il s'est engagé sans relâche pour des baisses d'impôt. Mais c'est son passé d'avocat spécialisé dans le capital-risque et les finances d'entreprises dans le cabinet Latham and Watkins (1978-86), qui devrait lui être le plus utile dans sa nouvelle fonction.

M. Cox, dont la nomination doit encore être confirmée par le Sénat, doit remplacer William Donaldson qui a démissionné mercredi deux ans avant le terme de son mandat, sous le feu des critiques d'élus républicains et de représentants du monde des affaires qui l'ont jugé trop zélé et trop enclin à s'allier aux commissaires démocrates de la Securities and Exchange Commission.

La philosophie politique de Christopher Cox est résumée sur son site Internet. «Depuis qu'il a quitté l'équipe du président Ronald Reagan à la Maison-Blanche, Christopher Cox s'est affirmé comme un avocat de la croissance économique à travers des impôts moins élevés, la libre entreprise et un État moins interventionniste», clame cette biographie officielle.

Le futur patron de la SEC s'est également engagé à limiter la régulation excessive et l'imposition de l'internet et s'est fait une spécialité de la réforme du processus budgétaire fédéral. Un sujet qu'il a enseigné en 1982-83 à la prestigieuse Havard Business School dont il est diplômé tout comme il l'est de la faculté de droit de la même université.

Mais ces dernières années, Christopher Cox a aussi assis sa stature de spécialiste des questions de sécurité intérieure. Depuis 2003, il est le premier président de la Commission pour les Affaires de sécurité nationale de la Chambre basse américaine.

Note originale dans sa biographie, il a fondé avec son père une société qui se faisait une spécialité de la traduction intégrale en anglais de la Pravda, l'organe officiel du Parti communiste de l'Union soviétique.