L’incompréhension domine après la tuerie de Monterey Park

Plusieurs habitants restaient incrédules qu’un tel acte ait pu avoir lieu au sein de cette banlieue de Los Angeles, réputée pour sa tranquillité. Sur la photo, une femme et son fils priaient lundi pour les victimes de la fusillade.
Frederic J. Brown Agence France-Presse Plusieurs habitants restaient incrédules qu’un tel acte ait pu avoir lieu au sein de cette banlieue de Los Angeles, réputée pour sa tranquillité. Sur la photo, une femme et son fils priaient lundi pour les victimes de la fusillade.

Les Américains s’interrogeaient lundi sur les motivations qui ont poussé un septuagénaire d’origine asiatique à abattre 11 personnes dans une salle de danse de Californie, samedi soir, avant de tenter de poursuivre son carnage dans une autre salle où l’on fêtait également le Nouvel An chinois.

Le bilan, initialement de 10 morts, a été révisé à 11 lundi, a annoncé le centre médical LAC + USC de Los Angeles. « Nous sommes attristés d’annoncer qu’une des victimes a succombé à ses blessures », a indiqué par communiqué l’hôpital qui traitait 4 des 10 blessés de la tuerie.

Après une vaste chasse à l’homme qui s’est conclue, selon la police, par le suicide du tireur, les enquêteurs du comté de Los Angeles s’affairaient encore à éclaircir les détails du massacre qui s’est déroulé à Monterey Park. Dans cette ville de 60 000 habitants, beaucoup n’en revenaient pas qu’un tel acte ait pu avoir lieu au sein de cette banlieue à majorité asiatique réputée pour sa tranquillité.

Parmi les victimes identifiées par un responsable du comté de Los Angeles figurait Mymy Nhan, une femme de 65 ans qui fut la première personne tuée. « Nous entrons dans la nouvelle année lunaire avec le coeur brisé. Nous n’imaginions pas qu’elle puisse mourir de façon si soudaine », a déclaré sa famille dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux.

Le suspect, âgé de 72 ans, a été identifié comme étant Huu Can Tran après sa mort dimanche à Torrance, à environ 45 km de Monterey Park. Sa camionnette blanche a été bloquée par des véhicules blindés de la police et son corps a ensuite été retrouvé avec les traces d’un coup de feu tiré depuis l’intérieur du véhicule.

Selon plusieurs médias américains, l’homme était un ancien habitué du lieu de la tuerie ; il y avait même rencontré son ex-épouse. « Toutes les pistes sont envisagées », estimait dimanche le shérif Robert Luna. Les enquêteurs n’ont notamment pas encore déterminé pour quelle raison les victimes, cinq femmes et cinq hommes quinquagénaires ou sexagénaires, avaient été ciblées.

« Instinct de survie »

Après avoir tué 10 personnes et en avoir blessé 10 autres à Monterey Park, le tireur était allé dans une autre salle de danse proche, mais n’a pu faire d’autres victimes après avoir été désarmé par un employé de 26 ans présent sur les lieux.

Brandon Tsay se trouvait au Lai Lai Ballroom & Studio, dans la ville d’Alhambra, quand le tireur est entré dans cet établissement fréquenté majoritairement par une clientèle asiatique et qu’il a pointé une arme sur lui. « Mon coeur s’est arrêté, je savais que j’allais mourir », a-t-il déclaré au New York Times, « à ce moment, c’est l’instinct de survie » qui a pris le dessus. Il a raconté s’être jeté sur l’homme et avoir attrapé le canon de l’arme, commençant ce qu’il décrit comme le « combat de sa vie ».

Sur des images de vidéosurveillance publiées par la chaîne ABC lundi, on voit Brandon Tsay lutter avec le tireur coiffé d’un bonnet, sans qu’il soit possible de distinguer l’arme dans la mêlée. Le jeune employé a finalement réussi à s’en emparer et l’a immédiatement pointée vers le tireur, en criant « Va-t’en, fous le camp d’ici », a-t-il raconté aux médias. Le suspect a alors pris la fuite.

L’arme retrouvée n’était pas un fusil d’assaut, a déclaré le shérif, mais « un pistolet semi-automatique d’assaut […] et qui était doté d’un chargeur à grande capacité ».

Drapeaux en berne

Le président américain, Joe Biden, a déclaré prier avec son épouse pour les victimes et a ordonné la mise en berne des drapeaux à la suite de cette énième tuerie. « Nous savons que beaucoup de familles sont en deuil ce soir, ou prient pour que leur proche se remette de ses blessures », a-t-il réagi dans un communiqué qualifiant l’attaque d’« insensée ».

Il s’agit de la fusillade la plus meurtrière dans le pays depuis qu’un homme armé a tué 21 personnes en mai dans une école primaire d’Uvalde, au Texas.

Mon cœur s’est arrêté, je savais que j’allais mourir

 

Les États-Unis paient un très lourd tribut à la dissémination des armes à feu sur leur territoire et à la facilité avec laquelle ses habitants y ont accès. Ainsi, ce même samedi soir, en Louisiane, 12 personnes ont été blessées par balles dans une discothèque, selon des médias locaux.

Environ 49 000 personnes sont mortes par balle en 2021 aux États-Unis, contre 45 000 en 2020, qui était déjà une année record. Cela représente plus de 130 décès par jour, dont plus de la moitié sont des suicides.

À voir en vidéo