Le suspect d’une tuerie en Californie retrouvé mort

Le tireur présumé de la fusillade de masse en Californie pendant le Nouvel An lunaire est mort, après s’être apparemment suicidé, a annoncé dimanche la police de Los Angeles.

« Le suspect s’est blessé par balle et a été déclaré mort sur place », a déclaré le shérif Robert Luna, qui a décrit une course-poursuite qui s’est conclue par un coup de feu provenant de la camionnette blanche de l’homme.

L’homme a été identifié comme étant Huu Can Tran, 72 ans.

« Je peux confirmer qu’il n’y a pas d’autre suspect pour cette fusillade », a précisé M. Luna, ajoutant que le motif de l’attaque survenue à Monterey Park, qui a fait 10 morts, n’était pas encore connu.

« L’enquête est toujours en cours. Les détectives du shérif chargés des homicides travaillent jour et nuit pour recueillir des informations supplémentaires et déterminer le motif de cet événement extrêmement tragique », a-t-il ajouté.

Le président des États-Unis, Joe Biden, a ordonné dans la foulée la mise en berne des drapeaux ornant les bâtiments publics jusqu’au 26 janvier, en hommage aux victimes.

Les policiers traquant le tireur présumé ont cerné un véhicule dimanche lors d’un long face-à-face, à l’issue duquel ils ont retrouvé au volant un corps sans vie, selon des images diffusées par les télévisions.

Le suspect, lui-même d’origine asiatique, a provoqué une vaste chasse à l’homme dans la région de Los Angeles. Cette traque s’est conclue lors d’une séquence dramatique, avec des images prises par hélicoptère et diffusées en direct depuis Torrance à un peu plus de 40 km de Monterey Park.

Le véhicule, une camionnette blanche localisée sur un stationnement, a été bloqué à l’avant et à l’arrière par des véhicules blindés des forces de l’ordre.

Des policiers se sont ensuite approchés avec de grandes précautions du véhicule et y ont pénétré. Sur des images de l’Agence France-Presse, on voit un corps sans vie à l’avant de la camionnette.

Traque

 

Le mobile de l’attaque perpétrée samedi soir et visant les clients d’une salle de danse qui fêtaient le Nouvel An lunaire reste inconnu.

Répondant à de premiers appels d’urgence samedi à 22 h 20, heure locale, les policiers ont trouvé dans la salle de danse dix personnes décédées, cinq femmes et cinq hommes. Au moins dix autres personnes blessées ont été hospitalisées dans un état « stable à critique ».

Selon des images de vidéosurveillance, le tireur était un homme d’origine asiatique coiffé d’un bonnet et avec des lunettes.

Dimanche, devant le cordon de police à Monterey Park, de nombreux habitants filmaient les lieux avec leurs téléphones intelligents, pendant que les commerçants démontaient le marché du Nouvel An chinois après l’annulation des festivités.

Choqués et incrédules, beaucoup avaient toujours du mal à croire qu’un tel massacre ait pu avoir lieu dans cette banlieue à majorité asiatique, réputée pour sa tranquillité. Maillot des Lakers sur le dos, David Kwan avait appris la nouvelle le matin. « C’est triste », soupirait cet agent de sécurité d’origine malaisienne, encore stupéfait. « Je suis souvent aux prises avec la violence, mais ailleurs à Los Angeles. C’est la première fois que je la vois dans ma propre communauté. »

Indiquant prier avec son épouse, Jill, pour les victimes de la fusillade, le président américain, Joe Biden, a dit dans un message Twitter « suivre la situation de près ».

Les enquêteurs vérifiaient également des informations sur un lien éventuel avec une tentative de fusillade le même soir dans une autre salle de danse dans la ville voisine d’Alhambra.

« Un suspect d’origine asiatique est entré dans la salle de danse avec une arme qui lui a été arrachée des mains avant qu’il ne prenne la fuite », a déclaré le shérif Robert Luna.

L’arme retrouvée « n’est pas un fusil d’assaut », a-t-il précisé.

Bardé de munitions

 

Samedi soir, des dizaines de milliers de personnes venaient de se rassembler près du lieu de la fusillade à Monterey Park pour les festivités du Nouvel An lunaire.

Selon le propriétaire d’un restaurant voisin cité par le Los Angeles Times, trois personnes sont entrées en courant dans son établissement au moment de la fusillade et lui ont demandé de fermer la porte à clé.

Ces trois personnes ont raconté qu’il y avait un homme avec un fusil semi-automatique et bardé de munitions, a déclaré Seung Won Choi au journal.

Selon le shérif Luna, les enquêteurs n’ont pas encore déterminé si les victimes avaient été ciblées en raison de leurs origines. « Toutes les pistes sont envisagées. Nous ne savons pas si c’est un crime motivé par la haine comme le définit la loi », a-t-il déclaré.

Les États-Unis paient un très lourd tribut à la dissémination des armes à feu sur leur territoire et à la facilité avec laquelle les Américains y ont accès.

Ce même samedi soir, 12 personnes ont été blessées par balle dans une discothèque de Baton Rouge, la capitale de la Louisiane, une nouvelle illustration qu’aucun lieu de la vie quotidienne américaine ne semble à l’abri.

Besoin d’aide ? N’hésitez pas à appeler la Ligne québécoise de prévention du suicide : 1 866 APPELLE (1 866 277-3553).

À voir en vidéo