Donald Trump traite Nancy Pelosi d’«animal»

L’ancien président des États-Unis Donald Trump a qualifié la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, « d’animal » durant un discours prononcé lundi en Ohio, sous les applaudissements de ses partisans. À la veille des élections de mi-mandat, Trump s’est rendu à un rassemblement près de Dayton pour soutenir le candidat républicain au Sénat, JD Vance.

Pendant son discours de 90 minutes, il s’en est surtout pris aux démocrates, particulièrement à Mme Pelosi, quelques jours seulement après que son mari, Paul Pelosi, eut été brutalement agressé au domicile du couple en Californie.

Parlant d’immigration et de criminalité, Trump a accusé les démocrates de permettre aux immigrants sans papiers d’entrer au pays et de commettre des crimes. « Ces gens sont des animaux », a déclaré l’ancien président à propos des personnes impliquées dans un meurtre de 2018. Il a ajouté que la présidente de la Chambre des représentants s’était opposée à ce qu’il qualifie des êtres humains d’« animaux ».

« Je pense qu’elle est aussi un animal, pour vous dire la vérité », a-t-il ajouté, chaleureusement applaudi par la foule. « Ils diront : “Oh, quelle horrible chose il a dite à propos de Nancy.” Elle m’a mis en accusation deux fois pour rien ! Rien ! » a-t-il ajouté.

Les réactions n’ont pas tardé sur les réseaux sociaux.

Pelosi se livre en entrevue

 

Les commentaires de Trump sont survenus quelques minutes seulement après que Mme Pelosi a pris la parole pour la première fois depuis l’attaque à son domicile. En entrevue avec Anderson Cooper de CNN, elle est apparue émotive en revenant sur le traumatisme de l’attaque contre son mari.

Le 28 octobre, un homme s’est introduit dans le domicile de Mme Pelosi à San Francisco et a frappé son mari avec un marteau. Le suspect, David DePape, âgé de 42 ans, a déclaré qu’il était à la recherche de la politicienne pour la prendre en otage et lui briser les rotules.

Les procureurs ont depuis publié des détails décrivant le suspect comme une personne poussée à la violence par des croyances extrémistes pro-Trump et qui voyait Pelosi à la tête d’une organisation politique dangereuse et corrompue, rapporte Politico.

M. Pelosi, âgé de 82 ans, a été hospitalisé pendant plusieurs jours pour des blessures au bras droit et aux mains et a subi une opération pour une fracture du crâne. En entrevue à CNN, Mme Pelosi a déclaré que son mari « se porte bien », mais que sa convalescence sera « longue ». « Il sait qu’il doit se ménager. C’est un tel gentleman qu’il ne se plaint pas », a-t-elle confié.

« Pour moi, c’est vraiment la partie la plus difficile, parce que Paul n’était pas la cible », a déclaré la dirigeante démocrate. « C’est vraiment triste, parce que c’est une flamme qui a été alimentée par la désinformation. […] Cela n’a pas sa place dans notre démocratie. »

Inquiétudes sur la Toile

 

Depuis la déclaration de Donald Trump lundi, des observateurs et des détracteurs réagissent vivement sur les médias sociaux.

« Si quelqu’un doutait que les menaces de mort constantes contre Pelosi soient incitées par la droite : “Trump continue de cibler et de déshumaniser Nancy Pelosi, la qualifiant d’“animal” lors d’un rassemblement à la veille des élections, même après qu’un attaquant motivé par la rhétorique de Trump a frappé le crâne de son mari avec un marteau.” »

« Je n’ai pas de mots. Trump appelle Nancy Pelosi “un animal”, et ses partisans l’acclament. »

D’autres ont souligné que les propos de Donald Trump survenaient au moment où Mme Pelosi témoignait pour la première fois depuis l’attaque à son domicile.

« Pendant que cette entrevue était diffusée, avec la présidente Pelosi partageant son chagrin après qu’un intrus à sa recherche se fut introduit chez elle et eut attaqué son mari, déclenchant un débat national sur la rhétorique déshumanisante, Donald Trump l’a traitée d’“animal” lors d’un rassemblement en Ohio. »

À voir en vidéo