Au moins 16 morts dans les «pires» inondations jamais vues au Kentucky

Les inondations ont dévasté des villes le long de ruisseaux qui coulent dans les vallées de la région de l’Appalachia, entassant les véhicules les uns contre les autres, formant des montagnes de débris contre les ponts et envahissant maisons et commerces.
Lexington Herald-Leader Associated Press Les inondations ont dévasté des villes le long de ruisseaux qui coulent dans les vallées de la région de l’Appalachia, entassant les véhicules les uns contre les autres, formant des montagnes de débris contre les ponts et envahissant maisons et commerces.

Au moins 16 personnes sont mortes dans les « pires » inondations de l’histoire du Kentucky, et le bilan pourrait encore doubler, les pluies n’ayant pas cessé vendredi de s’abattre sur cet État rural du centre des États-Unis.

Le président américain, Joe Biden, a décrété l’état de « catastrophe naturelle » et a envoyé des renforts fédéraux pour soutenir les zones affectées par « la tempête, les inondations, les glissements de terrain et les coulées de boue ». Des pluies torrentielles se sont abattues sur l’est du Kentucky dans la nuit de mercredi à jeudi, transformant certaines routes en rivières et obligeant des habitants à se réfugier sur le toit de leur maison en attendant les secours. D’autres se sont retrouvés piégés par la montée des eaux ou ont été emportés par les flots dans leur véhicule, et le bilan est « épouvantable », a déclaré le gouverneur de l’État, Andy Beshear.

« Nous avons désormais 16 décès confirmés, et ce nombre va encore considérablement croître », a affirmé l’élu démocrate lors d’une conférence de presse. Quatre frères et soeurs, âgés d’un an et demi à huit ans, ont été emportés par les eaux, alors qu’ils s’étaient réfugiés au sommet d’un arbre avec leurs parents. Les corps de deux d’entre eux ont été retrouvés et deux restent disparus, selon le Lexington Herald Leader, le journal local. Les parents « ont réussi à tenir leurs enfants pendant quelques heures, mais une grosse vague est arrivée et les a emportés d’un seul coup », a raconté leur cousine Brittany Trejo au quotidien.

Une femme de 82 ans s’est également noyée en essayant de se mettre à l’abri, selon les autorités.

Dans les endroits les plus touchés, des maisons ont été submergées, les plus légères ont été arrachées du sol. « Des centaines de personnes ont tout perdu », et il faudra au moins un an pour reconstruire, a estimé Andy Beshear. En attendant, les services de secours, soutenus par des renforts envoyés par les États voisins, sont tous mobilisés pour venir en aide aux victimes. Une cinquantaine de sauvetages aériens, avec des hélicoptères de la garde nationale, et des centaines de sauvetages par bateau ont déjà eu lieu, selon le gouverneur. « Mais il y a tellement d’eau, les courants sont tellement forts que nous n’arrivons pas à atteindre tout le monde », a-t-il déploré.

D’importantes précipitations étaient attendues jusqu’à vendredi soir, et l’alerte a été maintenue. Avec le réchauffement de la planète provoqué par les activités humaines, l’atmosphère contient plus de vapeur d’eau, ce qui augmente les risques d’épisodes de fortes précipitations, selon les scientifiques. Ces pluies, associées à d’autres facteurs — l’aménagement du territoire, notamment —, favorisent les inondations.

Certaines régions du Kentucky ont reçu quelque 20 centimètres de pluie en 24 heures et, par endroits, les eaux des rivières ont brusquement monté de plusieurs mètres avant de sortir de leurs lits.

Dans la région de Jackson, certaines routes sont devenues de puissants cours d’eau, avec des voitures abandonnées çà et là. Au bas de ces petites vallées entourées de forêts, les terres étaient inondées d’une eau boueuse marron clair qui ne laissait dépasser à certains endroits que les toits des bâtiments et les arbres.

Des milliers de personnes restaient vendredi privées d’électricité ou d’eau courante. Des abris ont été ouverts dans des gymnases, des églises et les parcs de l’État. « Ce sont les pires inondations jamais vues au Kentucky, et elles arrivent après les pires tornades de l’histoire du Kentucky », a déclaré Andy Beshear.

En décembre, plusieurs dizaines de violentes tornades avaient ravagé cinq États du centre des États-Unis, principalement le Kentucky, faisant au moins 79 morts. Joe Biden, qui s’était rendu sur place, avait alors souligné que les phénomènes météorologiques étaient « plus intenses » à cause du réchauffement de la planète.

Une femme de 82 ans s’est noyée en essayant de se mettre à l’abri, selon les autorités

À voir en vidéo