À Dallas, les élèves devront porter des sacs à dos transparents

Un programme similaire existe au Mexique depuis 2012.
Photo: Hector Guerrero Agence France-Presse Un programme similaire existe au Mexique depuis 2012.

Le district scolaire de Dallas, comme d’autres au Texas, a adopté lundi de nouvelles mesures de sécurité à la suite du massacre d’Uvalde en mai dernier : à compter de l’année scolaire 2022-2023, une grande partie de ses élèves devront utiliser des sacs à dos transparents ou en filet à l’école.

Ces nouvelles règles s’appliqueront aux élèves de la 6e à la 12e année — de la dernière année du primaire à la dernière année du secondaire, donc. Les autres types de sacs ne seront plus autorisés.

Les élèves pourront toutefois avoir dans leur sac à dos une pochette non transparente d’une taille maximale de 14 cm par 21 cm (5,5 po par 8,5 po) — l’équivalent d’une feuille de papier pliée en deux — pour y transporter des objets personnels, comme un téléphone portable, de l’argent ou des produits d’hygiène.

« Nous reconnaissons que les sacs à dos transparents ou en filet n’éliminent pas à eux seuls les problèmes de sécurité. Ce n’est qu’une des nombreuses étapes du plan global du district pour mieux assurer la sécurité des élèves et du personnel », a écrit le district scolaire dans un communiqué qui explique sa décision.

La décision a été prise sur la base de commentaires d’élèves et de parents, ainsi que sur la base des recommandations d’un groupe de travail sur la sécurité, explique le deuxième plus grand district scolaire public du Texas. Elle fait suite à un nouvel examen des mesures de sécurité après qu’un homme armé eut tué 19 enfants et 2 enseignants à l’intérieur de l’école primaire Robb, à Uvalde, le 24 mai dernier. Il s’agit de la fusillade la plus meurtrière dans une école depuis celle à l’école primaire de Sandy Hook, en 2012, dans l’État du Connecticut.

La semaine dernière, un district scolaire de Seguin, près de San Antonio, avait aussi déclaré qu’il adopterait une politique de sacs à dos transparents lors de la prochaine année scolaire.

Les sacs à dos transparents n’ont d’ailleurs rien de nouveau aux États-Unis. En 2018, après la fusillade à l’école secondaire Marjory Stoneman Douglas de Parkland, en Floride, les élèves avaient dû utiliser des sacs à dos transparents à leur retour des vacances du printemps.

« Une mesure théâtrale »

Sur les réseaux sociaux, une foule de commentaires soulèvent les différents problèmes liés à cette initiative. La critique principale étant que le district passe à côté du réel enjeu : le contrôle des armes à feu.

« L’accent ne devrait pas être mis sur les sacs à dos des étudiants. Les étudiants ne se promènent pas avec des fusils militaires. Ce sont les personnes mentalement instables qui achètent des armes. Nous avons besoin d’une réforme de la loi sur les armes à feu », écrit une internaute.

Certains y voient « une mesure théâtrale » qui donne l’illusion de s’attaquer au problème et qui crée un « faux sentiment de sécurité ». « Les enfants peuvent toujours cacher des affaires dans leurs sacs à dos transparents. En transportant un kangourou, ils peuvent couvrir n’importe quoi », peut-on également lire sur Facebook.

D’autres dénoncent plutôt un gaspillage de ressources.

Le district scolaire de Dallas estime pour sa part qu’en étant en mesure de voir facilement les objets contenus dans les sacs à dos lorsque les élèves entrent dans l’école, le personnel pourra s’assurer que les objets interdits ne font pas partie des effets personnels des élèves. Ces sacs à dos accéléreront également l’entrée des élèves à l’école en début de journée, car il ne sera peut-être pas nécessaire d’ouvrir et d’inspecter chaque sac à dos, ajoute-t-on.

Le district a déjà acheté des sacs à dos transparents et se dit prêt à les distribuer gratuitement avant la rentrée, prévue en août.

À voir en vidéo