Le tireur du 4 juillet était prêt depuis longtemps

Des agents du FBI sur la scène du crime au lendemain de la fusillade qui a fait au moins 6 morts à Highland Park, en banlieue de Chicago.
Jim Vondruska Getty Images via AFP Des agents du FBI sur la scène du crime au lendemain de la fusillade qui a fait au moins 6 morts à Highland Park, en banlieue de Chicago.

L’auteur présumé de la tuerie perpétrée lors des célébrations de la fête nationale américaine à Highland Park préparait son attaque depuis longtemps et s’est déguisé en femme pour ne pas être identifié, a affirmé mardi la police de cette ville située en banlieue de Chicago.

Robert Crimo, 21 ans, a été accusé mardi soir de sept meurtres, a annoncé le procureur général du comté de Lake, Eric Rinehart.

S’il est reconnu coupable, il pourrait être condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, a affirmé M. Rinehart. Et « ce ne sont que les premiers des nombreux chefs d’inculpation qui seront retenus contre M. Crimo », a-t-il ajouté, car l’attaque a également fait au moins 35 blessés.

Parmi les personnes décédées figure un couple, Irina et Kevin McCarthy, dont le fils âgé de deux ans, Aiden, avait été mis en sécurité par des habitants.

 

Le jeune homme a utilisé un « fusil puissant semblable à un AR-15 » pour tirer vraisemblablement au hasard sur les participants rassemblés pour le défilé du 4 juillet du haut du toit d’un commerce, avait précisé un peu plus tôt dans la journée Christopher Covelli, un responsable de la police locale. « Nous pensons qu’il a préparé cette attaque pendant des semaines. »

L’assaillant s’était « habillé en femme » pour cacher son identité, et pourrait avoir porté une perruque de cheveux longs pour cacher ses tatouages faciaux, a-t-il précisé, ajoutant qu’il avait ensuite abandonné son arme et s’était mêlé à la foule qui fuyait.

Mardi matin, la rue principale de cette banlieue cossue de Chicago était toujours bloquée par les forces de l’ordre et restait figée dans les premiers instants de la fusillade. Une poussette, un tricycle, des chaises pliantes : la quantité d’objets laissés pêle-mêle à l’abandon autour du lieu du drame témoignait du chaos généré par les coups de feu lundi.

Le Dr David Baum, un médecin qui a participé aux opérations de secours sur place, a témoigné de l’horreur de l’attaque. « La vue horrible de certains corps est insoutenable pour une personne normale », a-t-il dit sur CNN, évoquant des victimes « explosées » ou « éviscérées » par les balles.

« C’est mon destin »

Originaire de la petite ville voisine de Highwood, le tireur a été identifié grâce aux vidéos de surveillance et au suivi de l’arme qu’il avait achetée légalement, a indiqué M. Covelli. Il a été arrêté lundi.

Robert Crimo ne s’est pas expliqué sur son acte, mais le jeune homme avait fait une tentative de suicide en avril 2019 et était suivi par un médecin. Des agents étaient également intervenus au domicile familial en septembre de la même année à la suite d’un signalement prévenant qu’il « allait tuer tout le monde ». La police avait alors saisi 16 couteaux, une dague et une épée. Il n’avait pas été arrêté, car personne n’avait porté plainte, a expliqué le policier.

Une vidéo publiée il y a huit mois sur le Web montrait aussi un jeune homme dans une chambre à coucher et une salle de classe où se trouvent des affiches d’un tireur et de personnes se faisant tirer dessus. Elle contient un commentaire audio : « J’ai besoin de tout simplement le faire. […] C’est mon destin. Tout m’a mené à cela. Rien ne peut m’arrêter, pas même moi-même. »

Des images archivées sur le compte Twitter du suspect le montrent notamment portant un drapeau de soutien à l’ex-président républicain Donald Trump sur le dos.

Choc et tristesse

 

La mairesse de Highland Park, Nancy Rotering, a indiqué sur NBC qu’elle avait connu le jeune homme quand il était enfant, chez les scouts.

« C’est là qu’il faut réfléchir et se demander ce qui s’est passé : comment quelqu’un est devenu si en colère, si plein de haine qu’il s’en prend à des innocents qui passent une journée en famille ? » a-t-elle dit. L’édile a évoqué « la tristesse et le choc incroyables » qui ont frappé la ville. « Cela n’aurait jamais dû arriver chez nous, une petite ville où tout le monde connaît quelqu’un qui est directement touché » par la tragédie.

Paul Crimo, l’oncle du suspect, a affirmé mardi sur CNN n’avoir vu « aucun signe qui expliquerait ce qu’il a fait ».

Les célébrations de la fête nationale ont été annulées dans plusieurs villes des environs, ce qui n’a pas empêché les violences. À Philadelphie, deux policiers ont été blessés après avoir été pris pour cibles lors des feux d’artifice du 4 juillet.

Le pays est encore sous le choc d’une série de fusillades, dont l’une, perpétrée par un jeune homme de 18 ans dans une école primaire d’Uvalde, au Texas, a fait 21 morts (dont 19 enfants) le 24 mai dernier.

Le président Joe Biden a ordonné mardi la mise en berne des drapeaux surmontant les bâtiments publics. Il a récemment obtenu un relatif succès politique en faisant voter au Congrès une loi visant à mieux réglementer la vente d’armes. Près de 400 millions d’armes sont en circulation aux États-Unis.

Selon le site Gun Violence Archive, qui inclut les suicides dans ses données, le pays compte plus de 22 400 personnes tuées par arme à feu depuis le début de l’année.

À voir en vidéo