Le FBI déjoue une tentative d’assassinat ciblant George W. Bush

L’homme ayant voulu assassiner George W. Bush aurait eu pour objectif de venger la mort de ses compatriotes et la destruction de son pays durant la guerre en Irak de 2003.
Cliff Hawkins Getty Images via AFP L’homme ayant voulu assassiner George W. Bush aurait eu pour objectif de venger la mort de ses compatriotes et la destruction de son pays durant la guerre en Irak de 2003.

Un demandeur d’asile irakien vivant à Columbus, en Ohio, a été arrêté par le FBI, selon le réseau NBC, après avoir fomenté ces derniers mois une tentative d’assassinat de l’ex-président américain George W. Bush.

Selon le mandat d’arrêt, dont l’existence a été révélée mardi par le magazine Forbes, l’homme, un sympathisant de l’organisation terroriste État islamique, avait pour objectif de venger la mort de ses compatriotes et la destruction de l’Irak durant la guerre de 2003.

L’homme, dénommé Shihab Ahmed Shihab, s’est notamment rendu au Texas en février dernier pour filmer la résidence de l’ex-président américain, ainsi que son bureau personnel, situé sur le campus de la Southern Methodist University.

L’an dernier, il a tenté de recruter une équipe formée d’Irakiens en provenance d’Irak, de Turquie, d’Égypte et du Danemark, qu’il cherchait à faire entrer illégalement aux États-Unis en passant par la frontière mexicaine, afin de mettre son plan à exécution.

Shihab Ahmed Shihab vit aux États-Unis depuis 2020. Sa demande d’asile était en cours d’évaluation par le gouvernement américain.

Il a fait part de ses intentions sans le savoir à deux informateurs du FBI qui l’ont côtoyé. La surveillance de ses communications sur le réseau WhatsApp, un service pourtant vendu à ses millions d’utilisateurs par la multinationale Meta comme étant crypté, a également permis de déjouer son attaque planifiée contre l’ancien président des États-Unis.

Le déclenchement de la guerre en Irak, soutenue par de fausses informations sur la possession d’armes de destruction massive par le régime de Saddam Hussein, s’est produit lors du premier mandat de George W. Bush à la Maison-Blanche.

Entre l’entrée sur le territoire des forces de la coalition occidentale, guidée par les États-Unis, pour faire tomber le dictateur irakien et le départ des troupes américaines en 2011, près de 460 000 Irakiens ont perdu la vie en raison de ce conflit, a calculé la revue scientifique PLOS Medicine en 2013.

Membre d’une « unité spéciale » ?

Selon le mandat d’arrêt du FBI, le conspirateur présumé a indiqué aux deux informateurs qu’il faisait partie d’une unité spéciale, baptisée « Al-Raed » — « le tonnerre », en arabe —, dirigée par un ancien pilote irakien de Saddam Hussein basé au Qatar jusqu’à sa mort il y a quelques mois. Sept membres du groupe devaient être envoyés aux États-Unis pour tuer le président Bush. M. Shihab, lui, était chargé de « localiser et surveiller les résidences ou les bureaux de l’ancien président Bush », mais aussi d’obtenir des armes et des véhicules en vue du passage à l’acte.

Le FBI n’a pas fait de commentaire sur l’enquête ni sur le mandat d’arrêt lancé contre Shihab Ahmed Shihab.

Dans une déclaration écrite citée par Forbes, un porte-parole de l’ex-président a indiqué que George W. Bush n’était pas très préoccupé par l’existence d’un plan visant à l’éliminer. « Le président Bush a toute la confiance du monde dans les services secrets américains, tout comme dans les services de police et du renseignement », a déclaré son ancien chef de cabinet, Freddy Ford.

Concordance des temps, la semaine dernière, l’ex-président américain a tourné à nouveau les projecteurs sur la guerre en Irak en un lapsus révélateur commis lors d’une conférence livrée depuis sa bibliothèque présidentielle. Il a en effet parlé de la guerre en Irak comme d’une « invasion totalement injustifiée et brutale », et ce, alors qu’il voulait parler plutôt de celle en cours en Ukraine.

En plaisantant, il a justifié sa légère confusion par son âge ; M. Bush est aujourd’hui âgé de 75 ans.

À voir en vidéo