Une tempête de neige «potentiellement meurtrière» déferle sur le nord-est des États-Unis

Quelque 70 millions d’Américains sont la proie samedi d’une tempête de neige « historique » dans le nord-est des États-Unis.
Photo: Ed Jones Agence France-Presse Quelque 70 millions d’Américains sont la proie samedi d’une tempête de neige « historique » dans le nord-est des États-Unis.

Une tempête de neige « potentiellement meurtrière » a déferlé samedi sur le nord-est des États-Unis avec de terribles rafales de vent, paralysant la vie quotidienne de 70 millions d’habitants.

Une grande partie de la région de la Nouvelle-Angleterre est sous le coup d’une alerte au blizzard, baptisée « bomb cyclone » par la météo américaine.

À New York, de rares passants sur Times Square recouvert de neige sont tombés stupéfaits sur le célèbre « cow-boy nu », alias Robert Burck, un artiste de rue qui joue de la guitare et chante quel que soit le climat.

Comme à son habitude, il ne portait qu’un slip, son chapeau et ses bottes, impassible malgré les courants d’air impressionnants battant les écrans géants de publicité qui formaient un halo de lumière écarlate dans le blizzard.

« Happy Snow Day »

À Brooklyn, dans le quartier branché de Cobble Hill, les trottoirs quasiment déserts sont recouverts d’au moins 30 centimètres de neige et nombre de commerces sont fermés.

« Happy Snow Day! » (» Joyeux jour de neige ! »), lance un habitant du quartier, tout sourire, en sortant d’un des petits immeubles en brique typiques du quartier, aux toits blanchis.

Le nouveau maire de New York Eric Adams s’est filmé dans le quartier du Bronx, puis sur le ferry mythique et gratuit entre Manhattan et Staten Island en exhortant ses concitoyens à rester chez eux et en prévenant que « Mère Nature à tendance à faire ce qu’elle veut ».

Le gigantesque réseau de métro de la mégapole de neuf millions d’habitants fonctionne à peu près normalement et sert, comme pour chaque intempérie, de refuge aux milliers de personnes sans-abri de cette ville aux profondes inégalités socio-économiques.

Mort de froid

 

Au nord de la métropole new-yorkaise, sur Long Island ce sont 60 cm qui se sont accumulés dans la soirée selon la gouverneure de l’État de New York Kathy Hochul.

Elle a mis en garde contre « une tempête très sérieuse » et » potentiellement meurtrière ».

Les lignes de trains de banlieue y sont à l’arrêt et une femme a été retrouvée sans vie, possiblement morte de froid dans sa voiture, a indiqué sur une radio locale l’élu à la tête du comté de Nassau, Bruce Blakeman.

Dans le comté voisin et huppé de Weschester, les chasse-neige s’activent depuis l’aube pour dégager les routes et voies qui serpentent entre les maisons bourgeoises enveloppées par la neige.

L’état d’urgence a été décrété pour les États de New York et du New Jersey et la gouverneure Hochul a demandé « d’éviter à tout prix » les déplacements, mais de remplir quand même les voitures d’essence, d’eau et de couvertures.

Le service météo national (NWS) a annoncé des rafales de vent d’une vitesse de 80 à 120 km/h et a mis en garde contre « des conditions de déplacement presque impossibles » dans le nord-est des États-Unis.

Le NWS pronostique aussi des températures polaires dans la nuit de samedi à dimanche et des coupures de courant, habituelles chaque hiver quand la puissance du vent ou le poids de la neige arrachent les lignes électriques. Quelque 117 000 foyers dans le Massachusetts étaient sans électricité selon le site poweroutage.us vers 16 h (heure locale).

Iguanes gelés en Floride

 

Du côté des aéroports du nord-est, quelque 3500 vols ont été annulés pour samedi et plus d’un millier déjà pour dimanche, à l’arrivée ou au départ du pays, selon le site de suivi aérien FlightAware.

Rencontrés à Manhattan, Sophie et Hervé Galy, des touristes français, disent avoir « eu de la chance » car ils sont « arrivés » vendredi et doivent repartir mardi.

À Boston, la nouvelle maire Michelle Wu avait prévenu samedi matin d’une « tempête historique et » très mauvaise », et des habitants du Massachusetts se sont rués dans les magasins pour acheter des pelles afin de déneiger les trottoirs, une obligation.

Dans cet État, Eric Calessandro, résident à Marshfield, n’a plus de courant depuis la mi-journée, mais a raconté à l’AFP avoir lancé son « générateur de 8000 watts pour chauffer sa maison » où il a « stocké de l’eau et de la nourriture ».

Il fait partie des plus de 95 000 foyers privés d’électricité dans le Massachusetts.

Même au sud, en Floride, d’habitude tropicale, des alertes pour le gel ont été lancées avec le risque de faire chuter de leurs arbres les fameux iguanes pesant jusqu’à neuf kilogrammes.

Cette tempête de neige est déjà la deuxième de l’année sur l’Est nord-américain, après celle qui avait parcouru début janvier des régions allant de l’État de Géorgie jusqu’au Québec.

À voir en vidéo