Plus de 100 000 surdoses mortelles en un an aux États-Unis

«Il est temps de reconnaître que cette crise semble s’aggraver, nous avons besoin de tout le monde sur le pont», a lancé le ministre américain de la Santé, Xavier Becerra.
Photo: Spencer Platt Getty Images via Agence France-Presse «Il est temps de reconnaître que cette crise semble s’aggraver, nous avons besoin de tout le monde sur le pont», a lancé le ministre américain de la Santé, Xavier Becerra.

Les États-Unis ont enregistré un record de plus de 100 000 décès par surdose sur un an durant la pandémie, les autorités américaines s’alarmant d’une « crise » sans précédent notamment liée aux ventes illégales de fentanyl, un puissant opiacé.

Entre avril 2020 et avril 2021, le pays a dénombré 100 306 surdoses fatales, soit une augmentation de 28,5 % par rapport à la même période l’année précédente (78 056 décès), selon des chiffres provisoires des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

C’est la première fois que la barre symbolique des 100 000 décès est dépassée. Cela signifie un décès toutes les 5 minutes.

« Alors que nous continuons à faire des progrès pour vaincre la pandémie de COVID-19, nous ne pouvons pas ignorer cette épidémie de disparitions, qui a touché des familles et des communautés à travers tout le pays », a déclaré dans un communiqué le président Joe Biden.

« Il est temps de reconnaître que cette crise semble s’aggraver, nous avons besoin de tout le monde sur le pont », a renchéri le ministre de la Santé, Xavier Becerra, lors d’une conférence de presse.

La pandémie a encore accéléré un phénomène déjà en hausse par le passé, en ayant par exemple accru l’isolement de certaines populations, selon les experts.

Pilules contrefaites

 

« Ces surdoses sont largement entraînées par les opiacés de synthèse, essentiellement le fentanyl fabriqué illégalement », a déclaré aux journalistes Deb Houry, responsable au sein des CDC.

Les surdoses liées à la méthamphétamine, un stimulant également très addictif, ou à la cocaïne ont elles aussi augmenté.

« Les trafiquants de drogues et leurs réseaux inondent nos quartiers avec du fentanyl et de la méthamphétamine sous la forme de fausses pilules », a alerté Anne Milgram, à la tête de l’agence américaine antidrogues (DEA).

Des cartels mexicains, utilisant des produits chimiques importés de Chine, font croire aux consommateurs qu’ils achètent en ligne des médicaments homologués et pouvant être obtenus sur prescription, quand il s’agit en réalité de produits contrefaits très dangereux, a-t-elle expliqué.

La DEA a saisi cette année « plus de 14 millions de fausses pilules, une quantité qui ne cesse de croître spectaculairement chaque année », a-t-elle déclaré. « Nous trouvons ces drogues mortelles dans tous les États » américains.

Accès à la naloxone

« Mon gouvernement s’engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour s’attaquer à l’addiction et mettre un terme à cette épidémie de surdoses », a promis Joe Biden.

Le gouvernement américain a notamment annoncé vouloir améliorer la prévention, ainsi que l’accès à la naloxone, un antidote capable de contrer une surdose due à des opioïdes.

L’exécutif fédéral va encourager les États à ce que de la naloxone soit par exemple mise à disposition dans les prisons ou les établissements scolaires, ou encore à ce qu’elle soit prise complètement en charge par les assurances de santé.

« Je crois que personne ne devrait mourir d’une surdose simplement par manque d’accès à de la naloxone », a regretté Rahul Gupta, directeur du bureau de l’exécutif responsable de la stratégie nationale de lutte contre les drogues. « Mais malheureusement, cela arrive actuellement à travers tout le pays. »

À voir en vidéo