Des milliers de femmes marchent pour de droit à l’avortement aux États-Unis

Plusieurs milliers de femmes se sont rassemblées près de la Maison-Blanche avant la marche, pour ensuite prendre la direction de la Cour suprême.
Photo: Andrew Caballero-Reynolds / Getty Images / Agence France-Presse Plusieurs milliers de femmes se sont rassemblées près de la Maison-Blanche avant la marche, pour ensuite prendre la direction de la Cour suprême.

La première Marche des femmes à avoir lieu au cours de la présidence de Joe Biden a pris samedi la direction de la Cour suprême pour défendre un accès à l’avortement mis à mal par des politiciens et juges conservateurs.

Plusieurs milliers de femmes se sont rassemblées près de la Maison-Blanche avant la marche, arborant des pancartes où l’on pouvait lire des slogans comme « occupez-vous de votre propre utérus » ou « l’avortement est un choix personnel, pas un débat juridique ». Les organisateurs disent que la marche de Washington fera partie des centaines de manifestations sur le thème de l’avortement, organisées dans tout le pays.

Elaine Baijal, une étudiante de 19 ans de l’American University venue manifester avec ses amies, raconte que sa propre mère avait pris part à une manifestation semblable, dans les années 1970. « C’est triste que nous devions encore nous battre pour nos droits 40 ans plus tard », constate-t-elle.

Le jugement Roe v. Wade, rendu par la Cour suprême en 1973, a légalisé l’avortement pour des générations de femmes américaines. Mais la nomination par le président républicain Donald Trump de trois nouveaux juges conservateurs pourrait faire tourner le vent, alors que plusieurs États du Sud tentent de faire renverser le jugement.

La marche s’inscrit dans « un combat pour garantir, sauvegarder et renforcer notre droit constitutionnel à l’avortement, a déclaré Rachel O’Leary Carmona, organisatrice de la Marche des femmes, dans un communiqué. Et c’est un combat contre les juges de la Cour suprême, les législateurs des États et les sénateurs qui ne sont pas de notre côté – ou qui n’agissent pas avec l’urgence que cet enjeu nécessite en ce moment. »

La veille de la marche, le gouvernement Biden a exhorté un juge fédéral à bloquer la loi la plus restrictive du pays, qui interdit la plupart des avortements au Texas depuis le début de septembre. Ce n’est que l’un des litiges qui donneront à la Cour suprême l’occasion de confirmer ou d’annuler Roe v. Wade.

« Nous allons continuer de lutter contre le Texas », a promis Marsha Jones, du Centre Afiya pour les soins de santé des femmes noires à Dallas, en s’adressant à la foule de Washington. « Vous ne pouvez plus nous dire quoi faire avec nos corps ! »

Une opposante à l’accès des femmes à l’avortement a qualifié le thème de la marche de cette année de « macabre ». « Qu’en est-il de l’égalité des droits pour les femmes de naître ? » a gazouillé Jeanne Mancini, présidente d’un groupe anti-avortement appelé March for Life.

À voir en vidéo