Les restes de l’ouragan «Ida» sèment le chaos à New York

Des rues étaient transformées en rivières par endroits à New York.
Photo: Ed Jones Agence France-Presse Des rues étaient transformées en rivières par endroits à New York.

Au moins 41 personnes sont mortes à New York et ses alentours, qui ont été frappés par des pluies torrentielles et des inondations éclair historiques dans la nuit de mercredi à jeudi, selon un nouveau bilan en constante évolution jeudi soir.

Dans l’État voisin du New Jersey, le gouverneur Phil Murphy a annoncé « attristé » à la presse qu’« au moins 23 résidents du New Jersey avaient perdu la vie » dans cette tempête Ida, qui avait déjà semé le chaos le week-end dernier à La Nouvelle-Orléans en tant qu’ouragan.

La ville de New York et sa toute proche banlieue déplore 15 morts, et trois personnes sont décédées près de Philadelphie, selon la police et les autorités locales.

La mégapole s’est réveillée jeudi sonnée et endeuillée : parmi les victimes new-yorkaises figurent notamment un enfant de 2 ans et une personne âgée de 86 ans.

Des rues, avenues et voies rapides de la ville ont été transformées en torrents, tant dans les quartiers de Brooklyn et du Queens que dans le comté de Westchester, au nord de la ville. Plusieurs lignes du gigantesque réseau de métro de New York étaient encore à l’arrêt jeudi soir après l’inondation de nombreuses stations.

Du « jamais vu »

Le National Weather Service (NWS), le service météo américain, a enregistré un record absolu de 80 mm de pluie en une heure à Central Park.

« J’ai 50 ans et je n’ai jamais vu autant de pluie », a témoigné Metodija Mihajlov, restaurateur dans le très chic Upper West Side, près du célèbre parc, poumon vert de New York. « C’était comme dans la jungle, une pluie tropicale. Incroyable », a ajouté le commerçant.

Au milieu de la nuit de mercredi à jeudi, la nouvelle gouverneure de l’État de New York, Kathy Hochul, a décrété l’état d’urgence suite aux inondations « majeures » dans tous les comtés frontaliers de la ville, concernant potentiellement quelque 20 millions d’habitants. Bill de Blasio, le maire de New York, ville déjà meurtrie par la pandémie de COVID-19, a déploré dans un tweet un « événement météorologique historique », décrétant également l’état d’urgence.

Jeudi, pendant que nombreux New-Yorkais épongeaient leurs caves, plusieurs voix ont attribué cet événement au dérèglement climatique, alors que New York avait déjà subi de très fortes pluies au passage de la tempête Henri, à al fin août. « Le réchauffement climatique est à nos portes et il va s’aggraver de plus en plus si nous ne faisons rien », a mis en garde le sénateur démocrate de New York, Chuck Schumer.

D’après le NWS, cet état d’urgence en raison d’inondations soudaines est une première dans l’histoire de la mégapole, déjà frappée en octobre 2012 par l’ouragan Sandy.

Fin août, New York et sa région avaient déjà été touchées par la tempête Henri. Les intempéries du 21 août avaient d’ailleurs mis fin prématurément à un grand concert donné à Central Park, censé symboliser le retour à une vie plus festive après la pandémie de coronavirus.

L’ouragan Ida, rétrogradé depuis en cyclone post-tropical, continue d’amener dans son sillage de fortes pluies sur la côte est américaine.



À voir en vidéo