Être vacciné, la clé pour aller au restaurant, au gym ou en concert à New York

Pour ceux qui aimeraient aller voir des spectacles sur Broadway, il faudra être vacciné.
Photo: Ed Jones Agence France-Presse Pour ceux qui aimeraient aller voir des spectacles sur Broadway, il faudra être vacciné.

Une preuve de vaccination sera exigée à New York pour accéder à l’intérieur des restaurants, des salles de sport et de spectacle, a annoncé mardi le maire démocrate Bill de Blasio, faisant de sa ville la première aux États-Unis à créer un passeport vaccinal.

Ce dispositif, baptisé « Key to NYC pass », « exigera la vaccination des salariés et des clients des restaurants en intérieur, des salles de sport et des salles de spectacle », a expliqué le maire lors d’un point presse, précisant qu’il faudrait « au moins une dose » de vaccin.

« Si vous êtes vaccinés […], vous avez la clé, vous pouvez ouvrir la porte. Mais si vous n’êtes pas vaccinés, malheureusement, vous ne pourrez pas participer à beaucoup d’activités », a ajouté Bill de Blasio.

Il a précisé que le dispositif serait lancé le 16 août, mais que les premiers contrôles pour le faire respecter auraient lieu à partir du 13 septembre.

Depuis quinze jours, le maire et le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, ont multiplié les annonces pour renforcer la vaccination des fonctionnaires et recommander le port du masque, face à la résurgence du nombre de cas de COVID-19 due au variant Delta.

À New York, ville de plus de 8 millions d’habitants, 71,8 % des adultes ont reçu au moins une dose de vaccin, selon les chiffres de la mairie.

Regain de l’épidémie

Cette initiative survient alors que les États-Unis sont confrontés à un regain de la pandémie de COVID-19, alimentée par la propagation à toute vitesse du très contagieux variant Delta.

Après un démarrage en fanfare, la campagne de vaccination américaine a connu un ralentissement, en particulier dans les régions traditionnellement conservatrices du Sud et du Midwest, ainsi que parmi les populations les plus jeunes, paupérisées, et celles issues de minorités ethniques.

Ce retard, combiné à la prolifération du variant Delta, a fait exploser le nombre moyen de cas quotidiens, qui dépasse à présent les 70 000 et croît rapidement.

Chaque jour, les hôpitaux du pays admettent en moyenne 6200 patients atteints de la COVID-19 et plus de 300 personnes meurent de la maladie.

Les États-Unis ont cependant observé un rebond du taux de vaccination ces dernières semaines, et atteint lundi le taux de 70 % d’adultes ayant reçu au moins une dose de vaccin anti-COVID-19, près d’un mois après la date fixée par le président Joe Biden pour cet objectif (le 4 juillet).

Il s’exprimera mardi dans l’après-midi pour marteler encore une fois la nécessité pour les Américains de recevoir leurs doses.

Le président démocrate a par ailleurs déjà pris une série de mesures pour doper la vaccination aux États-Unis, parmi lesquelles l’obligation pour des millions d’employés fédéraux soit d’être vacciné, soit de porter le masque en continu et de se soumettre à des tests réguliers.

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence de santé publique des États-Unis, ont de leur côté réinstauré leur recommandation de port du masque en intérieur dans les zones à haut risque, même pour les personnes vaccinées.



À voir en vidéo