«Making a Murderer»: la Cour d’appel refuse une audience à Steven Avery

Steven Avery purge une peine d’emprisonnement à perpétuité pour le meurtre en 2005 de la photographe Teresa Halbach, une affaire qui est devenue le centre d’une série populaire dans laquelle les créatrices soulevaient des questions sur les condamnations de l’homme.
Photo: Morry Gash Archives Pool via Associated Press Steven Avery purge une peine d’emprisonnement à perpétuité pour le meurtre en 2005 de la photographe Teresa Halbach, une affaire qui est devenue le centre d’une série populaire dans laquelle les créatrices soulevaient des questions sur les condamnations de l’homme.

La Cour d’appel du Wisconsin a rejeté à l’unanimité, mercredi, une demande du sujet principal de la série de Netflix Making a Murderer, Steven Avery, qui souhaitait obtenir une audience afin de présenter de nouvelles preuves en vue d’avoir un nouveau procès.

Steven Avery purge une peine d’emprisonnement à perpétuité pour le meurtre en 2005 de la photographe Teresa Halbach, une affaire qui est devenue le centre d’une série populaire dans laquelle les créatrices soulevaient des questions sur les condamnations de l’homme et de son neveu, Brendan Dassey.

L’avocate de Steven Avery, Kathleen Zellner, a demandé au tribunal d’examiner des allégations allant de preuves scientifiques insuffisantes à un avocat de première instance inefficace. Cette demande avait été rejetée sans audience en 2017 et Steven Avery, dans son dernier appel, avait demandé une audience ou un nouveau procès pour examiner les preuves.

«Avery soulève une variété de théories alternatives sur qui a tué [Teresa] Halbach et comment», a déclaré la Cour d’appel. Mais elle s’est rangée du côté des avocats du ministère de la Justice de l’État qui ont fait valoir que le type de requête déposée par Steven Avery n’était pas le bon pour relancer le dossier devant un jury.

La Cour d’appel a déclaré que comme Steven Avery a fait appel du refus d’un tribunal inférieur d’autoriser un nouveau procès sans tenir d’audience de preuve, la question devant la Cour d’appel était simplement de savoir si une audience était justifiée. Elle a conclu que le tribunal inférieur avait rejeté à juste titre la demande d’un nouveau procès sans audience.

«Nous n’exprimons aucune opinion sur qui a commis ce crime: le jury a tranché cette question, et notre examen se limite à savoir si les allégations dont nous sommes saisis donnent droit à Avery à une audience de preuve», a déclaré la Cour d’appel. «Nous concluons que la cour de circuit n’a pas exercé à tort son pouvoir discrétionnaire.»

Kathleen Zellner, l’avocate de Steven Avery, a écrit sur Twitter qu’elle n’était pas dissuadée par la décision.

«Elle a souligné les portes spécifiques qui sont encore ouvertes pour la quête de liberté de M. Avery», a déclaré Mme Zellner. «Nous apprécions l’examen attentif.»

Steven Avery et Brendan Dassey maintiennent leur innocence. L’affaire a attiré l’attention en 2015 après que Netflix a diffusé Making a Murderer, un documentaire en plusieurs parties examinant la mort de Teresa Halbach. La série a engendré des conjectures sur l’innocence des deux hommes, mais ceux qui ont travaillé sur les dossiers ont accusé les cinéastes d’avoir omis des éléments de preuve clés et présenté une vision biaisée de ce qui s’était passé. Les cinéastes ont défendu leur travail et soutenu les appels à libérer Steven Avery et Brendan Dassey.

Ce dernier avait 16 ans lorsqu’il a avoué aux détectives qu’il avait aidé son oncle à violer et à tuer Teresa Halbach dans le chantier de récupération de ferraille de la famille Avery. Un juge a rejeté les aveux en 2016, jugeant qu’ils avaient été contraints par des enquêteurs ayant utilisé des tactiques trompeuses. Cette décision a ensuite été annulée par une Cour d’appel fédérale, et la Cour suprême des États-Unis a refusé d’entendre le cas.

Steven Avery se bat sans succès depuis des années pour faire annuler sa condamnation et obtenir un nouveau procès.

À voir en vidéo