Le bilan de l’effondrement en Floride s’alourdit à 94 morts

Le Champlain Towers South, immeuble de 12 étages construit sur le front de mer de Surfside, au nord de Miami, s’est partiellement écroulé le 24 juin dans la nuit pour une raison encore inconnue.
Photo: Anna Moneymaker Getty Images via Agence France-Presse Le Champlain Towers South, immeuble de 12 étages construit sur le front de mer de Surfside, au nord de Miami, s’est partiellement écroulé le 24 juin dans la nuit pour une raison encore inconnue.

Le bilan de l’effondrement d’un immeuble de Floride fin juin s’est de nouveau alourdi, passant à 94 victimes, ont annoncé lundi matin les autorités locales, qui notent que l’identification des corps se complique à mesure que le temps passe.

Parmi les dépouilles, 83 ont été identifiées mais ce processus « est de plus en plus difficile à mesure que le temps passe », a précisé la maire du comté de Miami-Dade, Daniella Levine Cava, au 19e jour des recherches.

Et si 22 personnes manquent toujours à l’appel, « il se peut que des gens qui sont décédés restent sur la liste des disparus jusqu’à ce qu’ils aient été identifiés », a-t-elle expliqué lors d’un point de presse.

L’identification des corps « est très méthodique et délicate, et prend du temps », a ajouté Mme Levine Cava, appelant les familles à la patience.

Ces opérations sont réalisées sur le site de l’immeuble effondré par la police et les médecins légistes du comté, qui comparent l’ADN des restes humains avec le matériel génétique prélevé chez les familles des disparus.

Le Champlain Towers South, immeuble de 12 étages construit sur le front de mer de Surfside, au nord de Miami, s’est partiellement écroulé le 24 juin dans la nuit pour une raison encore inconnue. Les premiers éléments de l’enquête ont toutefois laissé apparaître que la structure du bâtiment semblait par endroits dégradée.

Le reste du bâtiment, à l’instabilité jugée dangereuse, a fait l’objet d’une démolition contrôlée le 4 juillet, ce qui a permis aux équipes de progresser dans des zones de fouilles jusque-là inaccessibles.

Le déblaiement des gravats « fait de gros progrès », a assuré lundi Daniella Levine Cava, s’abstenant toutefois de donner une date pour la fin des opérations.

À voir en vidéo