Minneapolis commémore George Floyd un an après sa mort

Avant de défiler dans les rues de la ville, plusieurs membres de la famille Floyd ont pronondé un discours, de même que l’avocat Ben Crump, qui représente de nombreuses familles afro-américaines endeuillées à la suite de violences policières.
Photo: Brandon Bell/Getty Images/Agence France-Presse

Avant de défiler dans les rues de la ville, plusieurs membres de la famille Floyd ont pronondé un discours, de même que l’avocat Ben Crump, qui représente de nombreuses familles afro-américaines endeuillées à la suite de violences policières.

Les soutiens et les proches de George Floyd ont défilé dimanche à Minneapolis à l’approche du premier anniversaire de sa mort sous le genou d’un policier blanc de la ville, une affaire qui a suscité l’émoi dans le monde entier et provoqué un sursaut de la cause antiraciste aux États-Unis.

Environ 1500 personnes ont marché dans la métropole du nord des États-Unis et se sont jointes aux membres de la famille Floyd et aux proches d’autres Noirs morts dans des confrontations avec la police.

Le rassemblement a débuté par des discours devant le bâtiment où Derek Chauvin a été reconnu coupable de meurtre le 20 avril. L’ancien policier, aujourd’hui incarcéré, sera fixé sur sa peine le 25 juin.

« L’année a été longue. Cela a été une année douloureuse. Cela a été très frustrant pour moi et pour ma famille », a déclaré Bridgett Floyd, la sœur de Floyd.

Sa vie, dit-elle, a changé « en un clin d’œil » lorsque son frère est mort. « Je me lèverai et je serai le changement pour lui », a-t-elle ajouté.

« Ce qui est arrivé à George Floyd, ainsi qu’à tant d’autres, est à l’origine d’un changement non seulement à travers l’Amérique, mais aussi dans le monde », a déclaré à la foule le révérend Al Sharpton, militant chevronné, qualifiant ce meurtre comme « l’une des plus grandes hontes de l’histoire américaine ».

George Floyd, 46 ans, avait été tué le 25 mai 2020 à Minneapolis lors de son arrestation par quatre policiers qui le soupçonnaient d’avoir écoulé un faux billet de 20 dollars. Pour le maîtriser, ils l’avaient menotté et mis à plat ventre sur le sol. Le policier blanc Derek Chauvin s’était alors agenouillé sur son cou, maintenant sa pression pendant près de dix minutes.

 

Un an après, Minneapolis est toujours marquée par la violence et, face à une flambée des homicides et des agressions armées — trois enfants ont été blessés récemment par des balles perdues —, des habitants de la ville se sont organisés en patrouilles citoyennes.

Le maire Jacob Frey, qui prévoit de créer 200 postes supplémentaires de policiers, a dit soutenir les initiatives de la population, y compris les patrouilles citoyennes.

« Notre plus grande force, c’est quand nous travaillons tous ensemble pour assurer la sécurité dans notre ville », a déclaré le chef de la police locale, Medaria Arradondo, samedi, après une nouvelle fusillade ayant fait deux morts.

À voir en vidéo