Trump reste encore une figure puissante du Parti républicain

Fin février, Donald Trump a fait un retour triomphant au CPAC, la convention annuelle conservatrice, où il a laissé entendre qu’il représentait toujours le futur du Parti républicain.
Photo: Mandel Ngan Archives Agence France-Presse Fin février, Donald Trump a fait un retour triomphant au CPAC, la convention annuelle conservatrice, où il a laissé entendre qu’il représentait toujours le futur du Parti républicain.

Près de 100 jours après le début du mandat de Joe Biden comme président des États-Unis, son prédécesseur Donald Trump demeure une figure puissante du Parti républicain, et un potentiel acteur d’envergure pour l’élection présidentielle de 2024.

Bien installé à Mar-a-Lago, sa résidence hôtelière de luxe en Floride, le milliardaire républicain a dernièrement publié un flot continu de communiqués afin de donner son avis sur des sujets comme l’immigration ou la vie politique de son parti. Lundi, il a d’ailleurs utilisé ce moyen pour attaquer les républicains qui ne soutiennent pas ses accusations sans fondement que l’élection de l’an dernier avait été « truquée ».

Le magnat de l’immobilier offre son soutien aux candidats conservateurs, y compris ceux qui défient les élus de l’establishment républicain, et attise sa base en critiquant Biden et les démocrates — une « gauche radicale », selon lui.

Banni définitivement de Twitter, Donald Trump est réapparu la semaine dernière sur la chaîne conservatrice Fox News, pour une entrevue dans laquelle il s’est plaint d’avoir été mis en accusation devant le Congrès, alors qu’il n’avait « rien fait de mal ».

Depuis que le milliardaire a quitté le pouvoir, les républicains ont afflué à Mar-a-Lago pour obtenir ses conseils ou son soutien.

Représente-t-il seulement une faction du Parti républicain? Ou est-il une force dominante?

 

De retour à la vie civile, l’ancien commandant en chef doit désormais faire face à une litanie de soucis judiciaires, notamment des enquêtes sur ses finances et de possibles accusations d’évasion fiscale et de fraude bancaire.

Donald Trump ne montre pour autant aucun signe de vouloir se retirer des projecteurs. Fin février, le septuagénaire a fait un retour triomphant au CPAC, la convention annuelle conservatrice, où il a laissé entendre qu’il représentait toujours le futur du Parti républicain.

Après avoir perdu la présidence et le Sénat, et avoir échoué à regagner la Chambre des représentants, Donald Trump a quitté la Maison-Blanche avec un taux d’approbation de 34 %, le plus bas de son mandat, et a laissé derrière lui un Parti républicain dans une position manifestement plus faible. Mais il demeure une force que certains républicains ignorent à leur risque et péril.

« Représente-t-il seulement une faction du Parti républicain ? Ou est-il une force dominante ? » s’interroge dans un entretien avec l’AFP Elaine Kamarck, une chercheuse de la Brookings Institution qui travaille sur la présidence américaine.

Avec d’autres experts, elle observe avec attention certaines batailles aux primaires où l’influence de Trump pourrait être mise au défi, dantaylors la perspective d’une éventuelle nouvelle campagne présidentielle pour 2024. « S’il perd des primaires, les politiciens qui observent ce genre de choses penseront que peut-être il n’est pas si effrayant que ça », affirme Elaine Kamarck. « Et s’il les gagne, il sera une force qu’il faudra prendre en compte. »

Lutte intestine au Parti républicain

Les dissensions au sein du Parti républicain sont intenses, et à la suite de l’assaut du Capitole de Washington le 6 janvier par des partisans du milliardaire, certaines figures souhaitent que le parti s’éloigne franchement de l’ancien président.

L’élue à la Chambre des représentants Liz Cheney a ainsi lancé un avertissement à ses collègues pour qu’ils rejettent l’idée d’un culte de la personnalité, particulièrement après les évènements du 6 janvier. En réponse, Donald Trump a indiqué qu’il soutiendrait tout candidat conservateur qui s’élèverait en 2022 contre la réélection de cette élue du Wyoming.

Mais tandis que certains responsables républicains tentent d’atténuer les voix les plus extrémistes au sein du parti, celles-ci continuent de s’élever.

Samedi, l’élue Marjorie Taylor Greene a prononcé un discours lors d’un rassemblement partisan America First (« Les États-Unis d’abord », slogan de Donald Trump), où elle a revendiqué son soutien à l’ex-président et ses accusations infondées de fraude électorale. Elle est l’une des voix les plus proéminentes du trumpisme, et avec certains fidèles de Donald Trump, elle lutte pour voir le milliardaire représenter le Parti républicain à l’élection présidentielle de 2024, ou si ce n’est lui, l’un de ses acolytes, comme le gouverneur de Floride Ron DeSantis ou le sénateur du Missouri Josh Hawley.

Selon Elaine Kamarck, les républicains se trouvent dans une lutte intestine entre « pro-Trump et anti-Trump », tandis que beaucoup au sein du parti « se cachent et espèrent ne pas être étiquetés dans un camp ou l’autre ». « Nous saurons mieux en 2022 à quel point [Donald Trump] est réellement fort », conclut la chercheuse.

À voir en vidéo