Derniers témoignages avant le verdict au procès de Derek Chauvin

Cette capture d'écran montre l'ancien policier de Minneapolis Derek Chauvin (à droite), accusé d'avoir tué George Floyd, s'adressant au tribunal le 15 avril 2021.
Photo: Alex Lederman / Court TV / Agence France-Presse Cette capture d'écran montre l'ancien policier de Minneapolis Derek Chauvin (à droite), accusé d'avoir tué George Floyd, s'adressant au tribunal le 15 avril 2021.

Retour bref, mais remarqué. Jeudi, les avocats de la poursuite au procès de l’ex-policier Derek Chauvin pour le meurtre de George Floyd ont décidé de rappeler à la barre des témoins le pneumologue Martin Tobin afin de contredire les déclarations de la veille d’un légiste controversé invité par les avocats de l’accusé à nier la possibilité d’une mort par asphyxie de l’Afro-Américain de 46 ans.

Ce dernier témoignage a mis fin à l’audition des témoins lors de ce procès-événement qui doit reprendre lundi prochain pour les plaidoiries des deux parties, avant que le jury soit confiné pour délibérer.

Après plusieurs jours d’incertitude, l’accusé, Derek Chauvin, a également refusé de témoigner à son propre procès, invoquant « le 5e amendement » qui permet à tout accusé aux États-Unis de ne pas témoigner pour ne pas s’auto-incriminer. Sa présence à la barre aurait été risquée dans les circonstances, particulièrement au moment de son contre-interrogatoire par les avocats de la poursuite.

L’avocat de l’ex-policier, Eric Nelson, a rappelé à son client que « ni l’accusation ni la cour ne peuvent considérer [son] silence comme un signe ou une indication de [sa] culpabilité ».

Une thèse « fausse »

Lors de ce dernier tour de piste des témoins, Martin Tobin, spécialiste du système respiratoire et des soins intensifs à l’École de médecine de l’Université Loyola à Chicago, entendu la semaine dernière au procès, est venu démonter la thèse de David Fowler, médecin à la retraite, qui a écarté la veille la possibilité d’une mort par asphyxie de George Floyd.

Selon M. Fowler, qui a occupé pendant 17 ans le poste de médecin légiste en chef du Maryland, le père de famille est mort d’un arrêt cardiaque provoqué par des causes indéterminées et surtout multifactorielles. Une condition médicale préalable, la consommation de drogue et le fait d’avoir respiré le monoxyde de carbone du gaz d’échappement de la voiture de police près de laquelle il a été maîtrisé au sol feraient partie, selon lui, de ces facteurs.

Le manque d’oxygène induit par la pression du genou sur le cou de la victime pendant plus de neuf minutes, cause du décès selon plusieurs experts médicaux de la poursuite, a été rejeté par cet expert de la défense.

Jeudi, Martin Tobin a qualifié de « simplement fausse » la thèse d’une intoxication au monoxyde, soulignant que l’autopsie n’avait pas révélé une concentration de carboxyhémoglobine assez élevée dans le sang de Floyd pour conclure à une mort par intoxication. M. Fowler a pourtant prétendu l’inverse mercredi, et a même mentionné un taux élevé de cette substance, tout en ajoutant n’avoir pas vu de tests confirmant son affirmation. Par ailleurs, la voiture des policiers ce jour-là était un véhicule hybride (électrique et essence).

Mercredi, le Washington Post a rappelé que David Fowler est actuellement poursuivi devant un tribunal fédéral par la famille d’Anton Black, 19 ans, pour avoir tenté de camoufler la vérité sur la mort de ce jeune Afro-Américain décédé en 2018, dans des circonstances similaires à la mort de Floyd, après une arrestation par des policiers blancs au Maryland.

Décision unanime

Il a fallu deux semaines pour faire défiler l’ensemble des témoins de la poursuite devant le jury, contre deux jours à peine pour ceux convoqués par les avocats de la défense.

Jeudi, le juge Peter Cahill a indiqué aux membres du jury qu’ils seront isolés dès lundi afin de délibérer, les invitant à se préparer « pour une longue période, en espérant une période courte », a-t-il ajouté en souriant derrière son masque.

Derek Chauvin est accusé de meurtre et d’homicide involontaire dans l’affaire du décès de George Floyd le 25 mai dernier à Minneapolis, au terme d’une arrestation qui a mal tourné. L’Afro-Américain était soupçonné d’avoir utilisé un billet contrefait de 20 $ pour acheter des cigarettes. Les images de son arrestation musclée et ses appels à l’aide répétés pour retrouver sa respiration, pendant que Derek Chauvin faisait pression sur son cou avec son genou, ont fait le tour du monde, déclenchant un mouvement d’indignation et de colère contre la violence et le racisme du corps policier à travers les États-Unis.

Le jury va devoir « parvenir à une décision unanime pour chacune des charges » retenues contre l’ex-policier, a précisé le juge. Si les jurés n’arrivent pas à rendre une décision unanime pour au moins une charge, le procès sera alors annulé. Derek Chauvin a plaidé non coupable aux accusations qui pèsent contre lui.

S’il est reconnu coupable, l’ex-policier pourrait faire face à une peine de 40 ans de prison. Le verdict devrait être prononcé d’ici la fin du mois d’avril.

Les trois autres policiers impliqués dans le drame, Alexander Kueng, Thomas Lane et Tou Thao, doivent être jugés en août pour « complicité de meurtre ».

À voir en vidéo