Ouïghours: Washingon condamne les sanctions «sans fondement» de Pékin

Antony Blinken a assuré que cela n’allait que renforcer «l’attention internationale» sur le «génocide» au Xinjiang.
Photo: Frederic J. Brown / Pool / Agence France-Presse Antony Blinken a assuré que cela n’allait que renforcer «l’attention internationale» sur le «génocide» au Xinjiang.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a dénoncé samedi les sanctions « sans fondement » prises par la Chine contre deux responsables américains dans le dossier des Ouïghours, assurant que cela n’allait que renforcer « l’attention internationale » sur le « génocide » au Xinjiang.

« Les tentatives de Pékin d’intimider et de faire taire ceux qui défendent les droits de l’Homme et les libertés fondamentales ne font que contribuer à l’attention internationale croissante sur le génocide et les crimes contre l’humanité qui sont en cours au Xinjiang », a déclaré M. Blinken dans un communiqué.

La Chine a annoncé samedi qu’elle prenait des sanctions contre deux Américains, un Canadien et une commission parlementaire canadienne sur les droits de l’homme, en réponse aux sanctions imposées cette semaine par les États-Unis et le Canada en raison du traitement par Pékin de la minorité ouïghoure.

L’Union européenne, la Grande-Bretagne, le Canada et les États-Unis avaient adopté lundi des sanctions contre plusieurs membres de la hiérarchie politique et économique du Xinjiang, et la Chine a répliqué en prenant des sanctions contre des personnalités européennes et britanniques.

« Nous sommes solidaires avec le Canada, le Royaume-Uni, l’UE et d’autres partenaires et alliés dans le monde en appelant la République populaire de Chine à mettre fin aux violations des droits de l’homme et aux abus à l’encontre des Ouïghours majoritairement musulmans et de membres d’autres groupes ethniques et religieux minoritaires au Xinjiang et à libérer les personnes détenues arbitrairement », a déclaré M. Blinken.

À voir en vidéo