Un froid polaire enveloppe toujours les États-Unis

Le Texas, habitué aux températures douces même en hiver, est recouvert d'un manteau blanc, et davantage de flocons pourraient s’abattre dans cet État au cours des prochains jours.
Photo: Matthew Busch Agence France-Presse Le Texas, habitué aux températures douces même en hiver, est recouvert d'un manteau blanc, et davantage de flocons pourraient s’abattre dans cet État au cours des prochains jours.

Froid et neige continuent de semer la pagaille dans le sud et le centre des États-Unis, en proie à des coupures d’électricité massives. Le plus récent bilan des autorités fait état d’une trentaine de morts en raison de ces conditions météorologiques extrêmes.

La perturbation qui avait causé des chutes de neige massives dans le Sud a commencé à se déplacer vers la côte est, où des flocons étaient attendus jeudi de Caroline du Nord jusqu’en Nouvelle-Angleterre. Selon le service météorologique américain (le National Weather Service ou NWS), une accumulation de glace en Caroline et Virginie risque fort de provoquer de « nombreuses » coupures de courant et des chutes d’arbres dans les heures à venir.

À New York, une nouvelle couche blanche venait progressivement se rajouter aux restes de la tempête qui avait déjà déposé plus de 40 centimètres de neige début février. Jusqu’à 20 cm pourraient tomber d’ici vendredi sur la métropole.

Au Texas, plus de 500 000 foyers étaient encore privés d’électricité au moment où ces lignes étaient écrites. Le gestionnaire du réseau électrique de l’État, ERCOT, qui n’est pas raccordé au réseau national, était encore privé de plusieurs centrales, ce qui pourrait générer de nouvelles coupures d’ici la fin de semaine, a-t-il prévenu.

Plusieurs personnes sont mortes de froid dans cette région où il ne gèle quasiment jamais, selon des médias locaux. Sur la chaîne locale ABC13, une femme du comté de Galveston, dans la banlieue de Houston, a raconté que son frère de 57 ans, avec qui elle se trouvait, a succombé chez lui bien qu’enveloppé de quatre couvertures.

L’institut médico-légal du comté a réclamé un camion frigorifique pour pouvoir entreposer de 20 à 50 victimes des conditions météorologiques.

Certains habitants se sont réfugiés dans leur véhicule pour y affronter les températures glaciales de la nuit, nettement inférieures à -10 °C dans certaines parties du Texas. David Hernandez, 38 ans, n’a eu d’autres choix que de passer la nuit dans le centre d’hébergement de l’église Lakewood, à Houston, après une panne de son véhicule. « J’essayais de dormir dans la voiture, mais il faisait juste trop froid. Tous les liquides se transformaient en glaçons, c’était comme dormir dans un congélateur », a-t-il confié.

Records de froid attendus

Le raté gigantesque du système énergétique texan a suscité une vague de critiques, notamment de l’ancien candidat texan à la primaire démocrate Beto O’Rourke, pour qui cet État « n’est pas loin d’être défaillant », a-t-il lancé sur les ondes de la chaîne MSNBC.

La colère était dirigée vers le gouverneur républicain Gregg Abbott, pour son impréparation, mais aussi vers le sénateur de l’État Ted Cruz. Ce dernier était dans la tourmente jeudi pour avoir quitté le territoire avec sa famille malgré la crise, direction Cancun, au Mexique.

Outre le Texas, la Louisiane, et le Mississippi enregistrait quelque 300 000 foyers sans électricité chacun. L’Oregon, frappé la fin de semaine dernière, recensait pour sa part plus de 100 000 foyers privés de courant.

Un retour à des températures plus clémentes était attendu cette fin de semaine avec le déplacement de la masse d’air froid venue de l’Arctique, mais jeudi, il neigeait encore abondamment dans la banlieue de San Antonio, au sud du Texas. Le NWS prévenait que des « records de froid » pourraient être enregistrés dans le centre-sud des États-Unis, avec des températures inférieures de 11 à 16 °C aux normales saisonnières.

Les conditions climatiques ont sensiblement perturbé la campagne de vaccination contre la COVID-19. En Louisiane, le Département de la Santé a indiqué que l’acheminement des doses était ralenti par la météo et que certains rendez-vous devraient être repoussés.

Le président américain Joe Biden a de son côté dû reporter à vendredi une visite, prévue jeudi, dans une usine Pfizer produisant des vaccins à Kalamazoo, dans le Michigan.

À voir en vidéo