cache information close 

Front républicain contre le procès en destitution de Trump

Le républicain sénateur républicain libertarien Rand Paul a fait valoir que ce procès en destitution de Donald Trump est anticonstitutionnel puisque le  milliardaire n’est plus en fonction.
Jacquelyn Martin Associated Press Le républicain sénateur républicain libertarien Rand Paul a fait valoir que ce procès en destitution de Donald Trump est anticonstitutionnel puisque le milliardaire n’est plus en fonction.

Presque tous les sénateurs républicains ont soutenu mardi une tentative de bloquer le second procès historique en destitution de Donald Trump, accusé « d’incitation à l’insurrection » dans l’assaut meurtrier du Capitole, donnant un signal clair qu’une condamnation de l’ancien président républicain reste très improbable.

Ce vote est survenu juste après la prestation de serment des 100 sénateurs, qui ont juré de rendre « une justice impartiale » dans le procès qui débutera à la chambre haute le 9 février.

Cette procédure est doublement historique : Donald Trump est le premier président des États-Unis à tomber deux fois sous le coup d’un impeachment, une mise en accusation à la Chambre des représentants. Et sera le premier à être jugé après avoir quitté la Maison-Blanche.

C’est justement ce dernier point que le républicain libertarien Rand Paul contestait, en estimant ce procès anticonstitutionnel puisque le milliardaire républicain n’est plus en fonction.

Obligeant les sénateurs à se prononcer ouvertement sur la question, il a soulevé ce point en séance, ce qui a forcé un vote pour « tuer » ou non sa tentative de bloquer le procès.

Et 45 des 50 sénateurs républicains ont soutenu son initiative, dont le puissant chef de leur groupe, Mitch McConnell, qui n’avait pourtant pas exclu de condamner l’ex-président.

Pour Rand Paul, ce résultat signifie que le procès est « mort-né », sans aucune chance de condamnation de Donald Trump puisqu’elle nécessiterait 17 voix républicaines en plus des 50 démocrates.

Mais si certains ont souligné que ce vote ne préjugeait pas de leur décision finale de condamner ou non Donald Trump, il témoigne pour le moins de l’influence encore forte de l’ex-président sur son parti.

Seuls 5 républicains ont voté contre, avec les 50 démocrates : Mitt Romney, Susan Collins, Lisa Murkowski, Ben Sasse et Pat Toomey.

Les règles du jeu

Une fois l’initiative de Rand Paul rejetée, les sénateurs ont voté sur les règles d’organisation du procès, une résolution approuvée là par 83 voix contre 17.

Vision rare à la chambre haute, les 100 sénateurs étaient présents à leur pupitre pour prêter serment.

Après avoir présidé d’une voix fatiguée la prestation de serment des sénateurs, le démocrate Patrick Leahy, 80 ans, a été placé mardi soir en observation à l’hôpital « par prudence », après avoir indiqué ne pas se sentir bien, a précisé son porte-parole. C’est lui qui présidera le procès, en sa qualité de président pro tempore du Sénat, un titre qui revient traditionnellement au membre le plus ancien de la majorité.

« Nous avons tous été témoins » des violences perpétrées par des manifestants pro-Trump le 6 janvier, qui ont fait cinq morts, a lancé le chef des démocrates Chuck Schumer. « Pour moi, Trump a fait la chose la plus méprisable qu’un président ait jamais faite. J’estime qu’il devrait être condamné. »

À voir en vidéo