New York coupe ses liens avec la Trump Organization

Dans les années 1980, la société de Donald Trump avait repris la gestion des deux patinoires de Central Park, dont la Wollman Rink, la plus connue et la plus touristique.
Photo: Mark Lennihan Associated Press Dans les années 1980, la société de Donald Trump avait repris la gestion des deux patinoires de Central Park, dont la Wollman Rink, la plus connue et la plus touristique.

New York, ville natale de Donald Trump, s’est ajoutée mercredi aux organisations qui ne veulent plus faire affaire avec son entreprise : le maire démocrate a annoncé que la Ville mettait fin aux contrats qui confiaient à la Trump Organization la gestion de certaines attractions de Central Park et d’un terrain de golf du Bronx.

« La Ville de New York ne fait pas affaire avec des éléments insurrectionnels. Nous prenons des mesures pour mettre fin aux accords » qui confiaient à la Trump Organization l’exploitation d’un manège et de deux patinoires de Central Park, ainsi qu’un club de golf du Bronx, a annoncé le maire, Bill De Blasio, sur Twitter.

Il a expliqué que ses juristes avaient conclu qu’après les violences du Capitole du 6 janvier, la Ville était dans son droit d’interrompre ces contrats, d’une valeur de quelque 17 millions de dollars par an.

« Si une entreprise ou la direction d’une entreprise participe à des activités criminelles, nous avons le droit d’y mettre fin. Inciter à l’insurrection contre le gouvernement constitue clairement une activité criminelle », a-t-il affirmé.

Les violences du Capitole

Eric Trump, l’un des fils du président qui dirige la Trump Organization depuis le départ de Donald Trump pour Washington, a immédiatement dénoncé de la « discrimination politique » et « une atteinte au 1er amendement » de la Constitution américaine sur la liberté d’expression.

La Ville « n’a pas légalement le droit de mettre fin aux contrats, et si elle va de l’avant, elle devra 30 millions de dollars à la Trump Organization », a-t-il indiqué dans une déclaration citée par la chaîne NBC, laissant entendre qu’il pourrait attaquer la Ville en justice.

Si une entreprise ou la direction d’une entreprise participe à des activités criminelles, nous avons le droit de mettre fin [aux contrats]. Inciter à l’insurrection contre le gouvernement constitue clairement une activité criminelle.

 

Depuis les violences du Capitole du 6 janvier, de nombreuses entreprises et organisations américaines — dont la Deutsche Bank, principale banque du magnat, ou le championnat professionnel de golf américain PGA — ont annoncé couper leurs liens ou prendre leurs distances avec Donald Trump et la Trump Organization, dont le siège se trouve dans la tour Trump, sur la 5e Avenue.

L’annonce du maire est intervenue alors qu’à Washington, la Chambre des représentants à majorité démocrate s’apprête à mettre le président en accusation pour avoir encouragé ses partisans à prendre d’assaut le Capitole.

Dans les années 1980, alors que Donald Trump, encore simple homme d’affaires new-yorkais, était en pleine ascension, sa société avait repris la gestion des deux patinoires de Central Park : la Wollman Rink, la plus connue et la plus touristique, au sud du parc, construite en 1950 et restée plusieurs années fermée pour travaux au début des années 1980, et la Lasker Rink, plus au nord, construite en 1966.

Donald Trump était très fier de ces installations, et les citait régulièrement comme preuves de ses talents d’entrepreneur immobilier.