Alexis Cossette-Trudel et Donald Trump suspendus de Twitter de façon permanente

Le président sortant Donald Trump
Photo: Brendan Smialowski Agence France-Presse Le président sortant Donald Trump

À son tour, Twitter a décidé de faire un grand ménage sur sa plateforme. Plusieurs comptes en lien avec la mouvance conspirationniste américaine QAnon ont été suspendus vendredi, dont celui du président américain sortant Donald Trump ou encore du Québécois Alexis Cossette-Trudel, figure importante du mouvement du côté francophone.

« Après examen approfondi des tweets récents de @realDonaldTrump et du contexte actuel […] nous avons suspendu le compte indéfiniment à cause du risque de nouvelles incitations à la violence » de la part du président américain sortant, a expliqué l’entreprise par voie de communiqué vendredi.

Cette décision survient deux jours après les émeutes de partisans du président sortant qui ont envahi le Capitole mercredi dans le but d’arrêter la confirmation de l’élection de Joe Biden comme président américain.

Le mouvement américain d’extrême droite QAnon, notamment connu pour son engagement antimasque durant la pandémie, a été rapidement lié à cette insurrection. Donald Trump a également été tenu en bonne partie responsable d’attiser ces violences qui ont secoué et choqué tout le pays et même à l’étranger.

« Nous avons clairement indiqué que nous prendrons des mesures répressives sévères pour les comportements susceptibles de provoquer des dommages hors ligne, étant donné le potentiel renouvelé de violence autour de ce type de comportement dans les prochains jours, nous suspendrons définitivement les comptes uniquement dédiés au partage de contenu QAnon”, a déclaré un porte-parole de Twitter à NBC.

Les comptes d’autres personnalités américaines proches de Donald Trump — et ayant promu les théories du complot du groupe d’extrême droite QAnon — ont aussi été suspendus vendredi, dont celui de l’ex-conseiller à la Sécurité nationale Michael Flynn.

Donald Trump réagit

Le président a vivement réagi accusant Twitter de « museler la liberté d’expression » avec l’aide des « démocrates et la gauche radicale ». Un message envoyé depuis le compte de la présidence américaine (@POTUS) et relayé dans un communiqué par la Maison-Blanche.

Aussitôt, Twitter a supprimé cette série de tweets du président. « Utiliser un autre compte pour éviter la suspension est contre nos règles », a expliqué à l’AFP un porte-parole de Twitter.

« Les comptes gouvernementaux comme @POTUS et @WhiteHouse ne seront pas suspendus de façon permanente, mais nous allons prendre des mesures pour limiter leur utilisation », a-t-il poursuivi.

Le locataire de la Maison-Blanche devra ainsi faire le deuil de sa plateforme de prédilection sur laquelle il faisait passer ses messages politiques et commentaires personnels qui étaient suivis par plus de 88 millions d’abonnés.

Pas les premières sanctions

Ce n’est pas la première fois que Twitter sanctionne Donald Trump, mais le réseau social n’était jamais allé aussi loin. À plusieurs reprises par le passé, certains de ses gazouillis ont été masqués avec une note d’avertissement aux abonnés, tandis que d’autres ont carrément été supprimés.

Ces sanctions se sont surtout accélérées dans les deux derniers mois alors que le républicain n’a cessé de contester la validité de l’élection présidentielle qui a porté le démocrate Joe Biden à la victoire. Les propos du président sortant allaient ainsi à l’encontre des règles des principales plateformes quant au respect des processus démocratiques.

« Nos règles sur l’intérêt du public existent pour permettre aux gens d’entendre directement ce que les élus et leaders politiques ont à dire », a précisé l’entreprise californienne. « Cependant nous avons bien fait comprendre depuis des années que ces comptes n’étaient pas entièrement au-dessus de nos règles, et qu’ils ne peuvent pas utiliser Twitter pour inciter à la violence, entre autres choses ».

Jeudi, Facebook et d’autres services comme Snapchat ou Twitch ont été les premiers à suspendre le profil du locataire de la Maison-Blanche pour une durée indéterminée. Twitter s’était alors contenté de suspendre son compte seulement pour une durée de douze heures, avant de finalement sévir vendredi.

Alexis Cossette-Trudel

Quelques heures plus tôt vendredi, c’est le compte du Québécois Alexis Cossette-Trudel, figure importante du mouvement conspirationniste francophone, qui a été suspendu sur Twitter. Le Montréalais a lui-même confirmé la nouvelle vendredi, en recommandant à ses abonnés de le contacter à travers d’autres réseaux sociaux.

Dans son message adressé à Alexis Cossette-Trudel, Twitter explique avoir supprimé son compte à la suite du non-respect des règles relatives à la manipulation de la plateforme et au spam.

Le compte Facebook de M. Cossette-Trudel avait déjà été supprimé en octobre, le réseau social ayant décidé de retirer de sa plateforme tous les comptes, pages et groupes liés à la mouvance conspirationniste « QAnon ».

Sa chaîne YouTube, Radio-Québec a aussi été fermée dans la foulée, car elle avait enfreint les politiques en lien avec la COVID-19, selon YouTube.

Avec l’Agence France-Presse

À voir en vidéo