Élection décisive en Géorgie pour le contrôle du Sénat

À la veille d’une élection déterminante pour le contrôle du Sénat, Donald Trump et Joe Biden ont tous deux convergé vers la Géorgie lundi pour lancer un ultime appel à leurs électeurs. Mais c’est aussi la conversation controversée de Donald Trump avec le secrétaire d’État local qui a fait les manchettes toute la journée, certains démocrates réclamant une enquête criminelle sur le président sortant, qu’ils accusent d’avoir tenté de modifier l’issue de l’élection présidentielle a posteriori.

La Géorgie est toujours en campagne électorale depuis le 3 novembre, car deux courses sénatoriales y ont nécessité un second tour. Ces scrutins, qui se tiendront mardi, permettront de savoir qui, des démocrates ou des républicains, aura la majorité à la Chambre haute. Mais aussi si le président désigné, Joe Biden, pourra ou non faire adopter son plan politique.

Les démocrates ont conservé une mince majorité à la Chambre des représentants cet automne. Le Sénat, lui, est partagé entre 50 sièges républicains et 48 démocrates. Si le parti de Joe Biden remporte les deux sénatoriales en Géorgie, sa vice-présidente, Kamala Harris, pourrait trancher les votes à égalité. Mais si les républicains gagnent ne serait-ce que l’un des deux sièges, ils pourront déterminer quelles lois seront adoptées au Sénat — ou même soumises à un vote, puisque le leader de la majorité le décide —, de même que décider quels juges, secrétaires et ambassadeurs Joe Biden pourra nommer ou encore quelles enquêtes le Congrès pourra lancer pour hanter le prochain président.

Ce qui explique que Joe Biden et Donald Trump aient tous deux tenu lundi un second rassemblement avec leurs militants depuis le début de cette course en Géorgie. Le vice-président, Mike Pence, y était aussi lundi matin et la vice-présidente désignée, Kamala Harris, dimanche.

Depuis deux mois, les républicains martèlent que leurs candidats, David Perdue et Kelly Loeffler, sont les derniers remparts pour éviter que les États-Unis sombrent dans le socialisme. Dans le camp adverse, les démocrates arguent que l’élection de Jon Ossoff et de Raphael Warnock est essentielle pour permettre à Joe Biden de mettre en œuvre ses grandes promesses électorales.

Les démocrates osent espérer gagner l’une ou deux de ces élections sénatoriales — ce qui serait une première depuis 20 ans — puisque Joe Biden est devenu le premier candidat à la présidentielle à remporter l’État depuis 1992. Chaque camp a déployé les grands moyens pour convaincre les Géorgiens de lui accorder leur vote. Et le scrutin bat déjà de nouveaux records de participation pour un second tour électoral.

Pas de résultat rapidement

Plus de trois millions d’électeurs ont voté par anticipation depuis la mi-décembre. Lors de l’élection générale de novembre, ils avaient été 3,9 millions à voter de cette façon sur 5 millions de votes au total. Le dernier record de participation d’une élection de second tour — 2,1 millions de votes en 2008 — a ainsi déjà été battu.

Ce qui indique, cependant, que les résultats finaux devront se faire attendre au-delà de mardi soir. Car, comme lors du scrutin général, les votes par anticipation ne seront pas comptés avant que les bureaux de vote ne soient fermés.

La politicienne démocrate Stacey Abrams a prédit à CNN qu’il faudrait du coup « au moins deux jours » avant de connaître le résultat des deux courses.

« Il n’y a presque aucune chance que ce soit déclaré le soir de l’élection », a renchéri à Bloomberg Kerwin Swint, de l’Université d’État de Kennesaw en Géorgie.

Il avait fallu dix jours, en novembre, avant que Joe Biden soit déclaré gagnant de l’État. De nouveaux dépouillements ont suivi et la certification du vote s’était faite un mois plus tard. Le vote de mardi pourrait bien lui aussi faire l’objet de contestations.

« Pire que le Watergate »

À Washington comme à Atlanta, lundi, la conversation téléphonique du président Trump avec le secrétaire d’État de la Géorgie, Brad Raffensperger, a monopolisé l’attention. Le président sortant a sommé M. Raffensperger, samedi, de « simplement trouver 11 780 votes, soit un de plus que ce dont nous avons besoin ». Joe Biden a devancé Donald Trump en Géorgie par 11 779 voix.

Au fil de l’échange d’une heure, le président sortant a plaidé — sans preuves à l’appui — qu’il avait gagné l’État avec pas moins de 500 000 voix, que des votes illégitimes avaient été comptés pour son rival, que d’autres avaient été comptabilisés trois fois, ou encore que des électeurs décédés avaient voté. À chaque reprise, le secrétaire d’État ou son avocat ont contredit ces allégations.

Le directeur du processus électoral de l’État, Gabriel Sterling, a quant à lui tenu une conférence de presse publique lundi pour démentir une à une ces allégations pendant 20 minutes. « Les déclarations se suivent et n’ont aucune preuve. Aucune. »

M. Trump a même semblé menacer le secrétaire d’État au téléphone, en l’accusant de ne pas dévoiler la fraude électorale qu’il dénonce sans fondement. « C’est une infraction criminelle. Et vous ne pouvez pas le permettre. Cela pose un grand risque pour vous et pour Ryan [Germany], votre avocat. »

L’ancien journaliste Carl Bernstein a scandé sur les ondes de CNN que tout cela était « pire que [le scandale du] Watergate », qu’il a révélé au grand jour. « Nous écoutons, en temps réel, le président proposer un complot pour voler l’élection à la présidence des États-Unis. C’est un coup [d’État]. »

La vice-présidente désignée, Kamala Harris, a parlé d’un « abus de pouvoir effronté ».

La représentante démocrate Alexandria Ocasio-Cortez a fait valoir que cela pourrait mériter une « destitution », tandis que deux de ses collègues ont sommé le FBI d’ouvrir une enquête criminelle. « En tant que membres du Congrès et d’anciens procureurs, nous estimons que Donald Trump a participé au démarchage, ou à un complot, visant à commettre de nombreuses infractions électorales », ont écrit les représentants Ted Lieu et Kathleen Rice au FBI.

Ce reportage a été financé grâce au soutien du Fonds de journalisme international Transat — Le Devoir.

À voir en vidéo