Trump veut entrer en personne dans l’arène judiciaire

Cinq semaines après le scrutin, Donal Trump refuse toujours de concéder sa défaite face au démocrate Joe Biden et assure que l’élection lui a été «volée».
Photo: Patrick Semansky The Associated Press Cinq semaines après le scrutin, Donal Trump refuse toujours de concéder sa défaite face au démocrate Joe Biden et assure que l’élection lui a été «volée».

Donald Trump a souhaité mercredi intervenir personnellement dans une action postélectorale déposée par le Texas devant la Cour suprême des États-Unis, qui suscite un grand scepticisme chez les experts en droit.

« Le dossier que tout le monde attend est celui du Texas. […] Il est très solide, TOUS LES CRITÈRES SONT REMPLIS », a-t-il publié sur Twitter avant de demander formellement à la plus haute juridiction des États-Unis le droit « d’intervenir » dans la procédure en tant que candidat à sa réélection.

Cinq semaines après le scrutin, et alors que les États ont déjà certifié leurs résultats, il refuse toujours de concéder sa défaite face au démocrate Joe Biden et assure que l’élection lui a été « volée ».

Faute d’éléments tangibles pour étayer ces accusations de « fraudes massives », la cinquantaine de plaintes déposées par ses alliés à travers les États-Unis ont toutes — à une exception près — été rejetées par les tribunaux ou abandonnées.

Vote par correspondance

Mardi, l’État du Texas, dirigé par des républicains, a tenté une dernière action, directement auprès de la Cour suprême, dont trois juges sur neuf ont été nommés par Donald Trump.

Il lui a demandé d’invalider les résultats dans les États clés de Pennsylvanie, Géorgie, Michigan et Wisconsin (remportés par Joe Biden), arguant que les autorités locales ont violé les lois électorales en étendant l’usage du vote par correspondance. Dix-sept autres États républicains lui ont apporté leur soutien.

Les experts en droit électoral ont pourtant jugé la démarche infondée. « C’est un communiqué de presse déguisé en plainte », a estimé le professeur Rick Hasen sur son site Election Blog. « On a un nouveau candidat dans la catégorie “plainte la plus folle sur les élections” », a ajouté son confrère texan Steve Vladeck sur Twitter.

Le scénario de 2000

Ils lui ont prédit le même sort qu’une autre action, intentée par un élu républicain de Pennsylvanie, rejetée mardi par la Cour suprême.

Donald Trump avait pourtant espéré que la haute cour, qu’il a profondément remaniée, interviendrait en sa faveur. Dès le lendemain du scrutin, il disait vouloir la saisir, espérant sans doute une réédition du scénario de 2000 quand la Cour suprême avait interrompu un recomptage en Floride, offrant ainsi la présidentielle à George W. Bush.

À voir en vidéo