Aux États-Unis, la liberté de culte l’emporte sur la COVID-19

Les services religieux ne doivent pas être traités différemment des rassemblements non religieux autorisés, a tranché la Cour suprême américaine.
Photo: Bryan R. Smith Agence France-Presse Les services religieux ne doivent pas être traités différemment des rassemblements non religieux autorisés, a tranché la Cour suprême américaine.

La Cour suprême américaine a interdit mercredi au gouverneur de l’État de New York d’imposer des restrictions aux lieux de culte en raison de l’épidémie de coronavirus, dans une décision vue comme une défense de la liberté de culte.

Les services religieux ne doivent pas être traités différemment des rassemblements non religieux autorisés, a estimé ce jugement non signé, dans lequel la nouvelle juge Amy Coney Barrett a fait pencher la balance du côté des conservateurs.

Le gouverneur Andrew Cuomo avait limité à dix le nombre de personnes pouvant se réunir dans des lieux de culte dans des « zones rouges » où le virus circule beaucoup.

La Cour s’exprimait sur deux demandes, l’une émanant du diocèse catholique romain de Brooklyn, et l’autre de deux synagogues. Par cinq voix contre quatre, la Cour suprême a jugé que ces mesures étaient contraires au libre exercice de la religion protégé par le 1er amendement.

Auparavant, la Cour s’était prononcée différemment, ayant validé des restrictions similaires en Californie et au Nevada. Ce basculement reflète le nouvel équilibre des forces à la Cour suprême depuis l’arrivée, fin octobre, d’Amy Coney Barrett, une juge catholique conservatrice nommée par le président Donald Trump après le décès de Ruth Bader Ginsburg.

« Même en période de pandémie, l’on ne peut mettre de côté et oublier la Constitution », a estimé la Cour. « Les restrictions en jeu ici, en empêchant effectivement beaucoup de personnes d’assister aux services religieux, touchent au cœur même de la protection de la liberté de culte prévue par le 1er amendement », explique le jugement.

En réalité, les restrictions avaient déjà été assouplies dans l’État de New York avant le verdict de la Cour, a souligné M. Cuomo. « Je pense que le jugement de la Cour suprême sur les rassemblements religieux reflète davantage la Cour suprême qu’autre chose », a souligné jeudi le gouverneur démocrate au cours d’une conférence de presse.

Il n’aura de toute façon « aucune répercussion pratique parce que la zone dont ils parlent a déjà été retirée » la semaine dernière des secteurs où les rassemblements sont limités, a-t-il ajouté.

Stephen Breyer, Sonia Sotomayor et Elena Kagan, tout comme le président de la Cour, John Roberts, ont émis une opinion dissidente, en désaccord avec l’arrêt. John Roberts estimait qu’il n’était pas nécessaire de soutenir les plaintes des groupes étant donné le recul du gouverneur. Mais le juge conservateur Neil Gorsuch a fait valoirque le gouverneur Cuomo avait favoriséles activités laïques au détriment d’activités religieuses.

La pandémie a alimenté de vives tensions entre la mairie démocrate et la communauté juive orthodoxe de New York, accusée de ne pas respecter les règles de distanciation sanitaire. Cela avait suscité des manifestations parfois violentes à Brooklyn le mois dernier.

Les États-Unis ont déploré jeudi, lors de la fête de Thanksgiving, plus de 262 000 morts du coronavirus depuis le début de l’épidémie.

À voir en vidéo