Joe Biden affirme qu’il n’imposera pas de confinement national

«Je le répète, pas de confinement national, a insisté Joe Biden. Car chaque région, chaque communauté, peut être différente.»
Photo: Andrew Harnik Associated Press «Je le répète, pas de confinement national, a insisté Joe Biden. Car chaque région, chaque communauté, peut être différente.»

Le président américain désigné, Joe Biden, a affirmé jeudi qu’il n’imposerait pas de « confinement national » malgré la recrudescence de la pandémie de COVID-19 aux États-Unis ces dernières semaines.

« Aucune circonstance ne pourrait justifier à mes yeux un confinement national total. Je pense que cela serait contre-productif », a déclaré le démocrate lors d’une conférence de presse à Wilmington, dans le Delaware, à l’issue d’une rencontre avec des gouverneurs pour discuter de la réponse à apporter à la crise.

« Je n’arrêterai pas l’économie, point. J’arrêterai le virus », a-t-il lancé, assurant qu’il suivrait les recommandations des scientifiques une fois installé à la Maison-Blanche le 20 janvier.

« Je le répète, pas de confinement national », a-t-il insisté. « Car chaque région, chaque communauté, peut être différente. »

Plusieurs États et métropoles ont imposé dernièrement de nouvelles restrictions face à la flambée du nombre de cas de contamination à la COVID-19, comme New York, qui a décidé de refermer ses écoles.

Les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont demandé jeudi à la population de ne pas voyager pour la fête de Thanksgiving à la fin de la semaine prochaine.

« Ce n’est pas une obligation, c’est une recommandation forte », a dit Henry Walke, responsable des CDC pour la pandémie.

Thanksgiving est la plus grande fête familiale aux États-Unis. Beaucoup d’Américains se déplacent à cette occasion pour une longue fin de semaine de retrouvailles.

Donald Trump, qui refuse toujours de reconnaître sa défaite lors de l’élection du 3 novembre, ne s’est pas exprimé depuis sur la crise sanitaire.

Il a laissé jeudi son vice-président Mike Pence, en charge de la cellule de crise de la Maison-Blanche sur la pandémie, faire un point sur la situation, sans mentionner une seule fois le port du masque et les déplacements pour Thanksgiving.

« L’Amérique n’a jamais été aussi prête qu’aujourd’hui à combattre ce virus », a-t-il affirmé, notant que le gouvernement Trump ne voulait pas non plus d’un confinement national, ni d’une fermeture des écoles.

Alors que Donald Trump a régulièrement minimisé la gravité de la pandémie, Joe Biden en a fait la priorité numéro un de son début de mandat.

Il a déjà nommé les membres de sa cellule de crise amenée à coordonner la lutte contre le virus, et a encore dit jeudi que le port du masque, auquel sont opposés de nombreux trumpistes, n’était « pas une posture politique ».

Plus de 250 000 décès ont été attribués à la COVID-19 depuis le début de la pandémie aux États-Unis, pays le plus endeuillé au monde par la maladie.

À voir en vidéo