Des écoliers new-yorkais renvoyés à la maison

Les écoles publiques de New York, qui avaient rouvert leurs portes après beaucoup d’hésitations fin septembre, vont refermer celles-ci à partir de jeudi, après que le taux de positivité à la COVID-19 a atteint les 3 %.

« Nous avons atteint le seuil des 3 % » de cas positifs parmi les New-Yorkais testés, a écrit sur Twitter mercredi le maire de New York, Bill de Blasio. « Cela signifie que les établissements scolaires seront fermés à compter du jeudi 19 novembre par mesure de précaution. »

Le maire a indiqué que les écoles resteront fermées au moins jusqu’à la semaine suivant la fête de Thanksgiving (26 novembre), soit la première du mois de décembre.

Cette fermeture, présentée comme temporaire par le maire, est sans doute le prélude à d’autres mesures visant à endiguer la résurgence du coronavirus à New York, a prévenu l’élu démocrate.

La plupart seront prises, a-t-il annoncé, par le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, qui a autorité sur les conditions d’ouverture des commerces, des restaurants, des bars ou des lieux de culte.

Les établissements scolaires seront fermés à compter du jeudi 19 novembre par mesure de précaution

 

Bien que le taux de cas positifs ait sensiblement augmenté ces dernières semaines dans l’État de New York, il figure parmi les plus faibles du pays, et est très loin des 50 % de cas positifs vus lors du premier pic de la pandémie, en avril. La fermeture des écoles était attendue depuis plusieurs jours.

Le maire de la première métropole américaine s’était engagé, lors de la réouverture, fin septembre, notamment auprès d’un puissant syndicat d’enseignants, à fermer les établissements scolaires dès ce seuil atteint.

Toutefois, la décision est controversée. Des tests réalisés au hasard dans les écoles ont montré que le taux de positivité (0,19 %) était très inférieur à celui de la ville tout entière, a rappelé Richard Carranza, chef du district scolaire de la ville, dans un courriel adressé aux directeurs d’établissement mercredi. Et beaucoup citent l’exemple de l’Europe, où de nombreux pays ont maintenu les écoles ouvertes tout en reconfinant le reste de la population.

Bill de Blasio a expliqué mercredi que la Ville présentera cette semaine de nouvelles mesures nécessaires à la réouverture. « Nous pouvons le faire, mais nous devons mettre en place des conditions plus strictes », a déclaré le maire. « Les tests vont devenir davantage la norme », a-t-il notamment indiqué.

Jusqu’à maintenant, le plan de rentrée prévoyait un test par mois dans chaque établissement.

Quelque 1,1 million d’élèves fréquentent les écoles publiques new-yorkaises, plus gros district scolaire du pays. Mais moins du tiers d’entre eux — environ 300 000 — ont repris l’école en présentiel en septembre, beaucoup de parents choisissant l’option 100 % en ligne par peur du virus.

La plupart des établissements ayant scindé les élèves en trois groupes, chacun se succédant dans les locaux tour à tour pour respecter la distanciation nécessaire, seuls 100 000 enfants environ étaient présents chaque jour.

La lutte s’intensifie un peu partout

Plusieurs pays continuent de multiplier les mesures de restrictions sanitaires pour freiner la propagation du virus. En Allemagne, les deux chambres du parlement ont adopté mercredi une réforme qui inscrit dans la loi nationale une batterie de mesures restrictives, comme le respect de la distanciation ou le port du masque. Cette décision a poussé des milliers de personnes à manifester dans les rues de Berlin. En Suisse, des militaires ont été envoyés en renfort dans les hôpitaux saturés par la deuxième vague de COVID-19. Le gouvernement a aussi annoncé une aide financière aux particuliers, aux entreprises et aux clubs sportifs en difficulté. Au Portugal, le gouvernement se prépare à prolonger l’état d’urgence et ses restrictions sanitaires pour deux semaines supplémentaires tandis qu’en Hongrie l’état d’urgence et les mesures de confinement sont prolongés jusqu’au 8 février prochain. La France reste loin du déconfinement, mais devant un ralentissement de l’épidémie, les autorités préparent un relâchement des mesures d’ici Noël. En Belgique, on perçoit aussi que les mesures de confinement imposées depuis fin octobre commencent à porter fruit.

À voir en vidéo