Quelle transition à l’ère de Donald Trump?

Le président Donald Trump ne cesse de crier à la fraude électorale depuis les derniers jours, contestant farouchement la victoire de son adversaire démocrate, Joe Biden.
Photo: Mandel Ngan Agence France-Presse Le président Donald Trump ne cesse de crier à la fraude électorale depuis les derniers jours, contestant farouchement la victoire de son adversaire démocrate, Joe Biden.

Malgré sa défaite à l’élection du 3 novembre, Donald Trump demeurera le président des États-Unis jusqu’à ce que Joe Biden prête serment, le 20 janvier prochain. Que se passera-t-il d’ici là ? Le Devoir en a discuté avec Pierre Martin, chercheur au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal.

 

Est-ce que le président peut contester encore longtemps les résultats de l’élection ?

 

Il va y avoir une fin à la possibilité de contester les résultats du vote, parce que le contrôle du processus de dépouillement appartient à chacun des États, et non à Donald Trump. Il y a donc une limite à ce que des officiers du gouvernement fédéral peuvent faire, même si Trump se croit président omnipotent. Il va y avoir des demandes de second dépouillement dans les États où la marge de victoire est faible. Ça, c’est évident. Mais l’expérience démontre que ce genre de démarche va chercher quelques centaines de votes.

Dans les États où le dépouillement se poursuit, il faut savoir que le processus n’est pas pris à la légère. Chaque vote est inspecté par un représentant de chacun des deux partis, et pour être compté, un vote doit être approuvé par les deux partis. C’est très rigoureux. Il va falloir patienter encore pour avoir un résultat final et officiel, mais ce résultat ne sera pas très différent de ce qu’on observe aujourd’hui.

 

Donald Trump finira-t-il par concéder la victoire à Joe Biden ?

Non, il ne va pas concéder la victoire tant que tous les dépouillements judiciaires ne seront pas terminés. À partir de ce moment, il va probablement yavoir des forces à l’intérieur de son parti qui vont s’élever pour l’amener à prendre une décision raisonnable pour le bien du parti. Je pense que plusieurs républicains vont penser que ce n’est pas dans leur intérêt de faire partie de ceux qui sont les « mauvais perdants ».

Les républicains ont probablement gagné le pari de conserver la majorité au Sénat, même si ça reste à confirmer. Ils n’ont donc pas intérêt à laisser le président Trump venir s’immiscer dans l’exercice du pouvoir qu’ils auront au cours des quatre prochaines années, en raison du contrôle du Sénat. Cependant, Donald Trump et le Parti républicain, ce sont deux choses. Trump pense que le parti lui appartient. Mais parmi les élus du parti, il est possible qu’on se regroupe derrière la position voulant que Trump ait perdu et qu’on n’ait pas intérêt à demeurer derrière un perdant.

Est-ce que le Parti républicain existe sans Trump ou est-il devenu essentiellement le parti de Donald Trump ? Les prochaines semaines vont être importantes pour répondre à cette question, puisque nous n’avons pas encore de réponse. Le Parti républicain a aussi un examen de conscience à faire.Vont-ils revenir à la norme voulant qu’on accepte un résultat démocratique et qu’on facilite la transition pacifique du pouvoir ? Ou est-ce qu’on va suivre la voie tracée par Trump ?

 

Est-il possible que le gouvernement Trump complique le processus de transfert du pouvoir ?

Si Donald Trump donne aux plus extrémistes de ses partisans la justification d’agir d’une façon antidémocratique et violente, les scénarios les plus pessimistes sont permis. Mais pour le moment, on peut être encouragés par le fait qu’on n’assiste pas encore à ce genre de manifestations.

Il y a aussi plusieurs choses qu’il peut faire pour nuire à la transition. Dans l’éventail de pouvoirs dont il dispose, il peut détruire les documents liés au gouvernement, aux questions de sécurité nationale et à d’autres questions qui sont du ressort du président. Il peut donc faire en sorte qu’il y ait une page blanche pour son successeur.

La plupart des présidents qui tiennent à une transition douce vont donner à leur successeur les documents et les informations nécessaires pour comprendre l’état des différents dossiers. Donald Trump pourrait refuser de faire ça.D’ailleurs, personne ne s’attend à cequ’il facilite la transition. Il peut aussi utiliser son pouvoir pour renvoyer des gens et mettre du désordre dans l’administration des départements qui sont sous son autorité.

Le président peut-il encore faire adopter des lois ou des décrets ?

Les prérogatives constitutionnelles du gouvernement ne changent pas durant la transition. Les représentants et les sénateurs sont tout aussi habilités à voter des lois et le président est tout aussi habilité à les signer ou à imposer son veto. Par convention, la plupart des présidents ont choisi d’être plus discrets, et donc de ne pas prendre de décision fondamentale durant cette période, à cause de la légitimité démocratique. Mais ce n’est pas une considération qui dérange beaucoup Donald Trump.

Il pourrait donc, par exemple, signer des décrets présidentiels. Mais un décret qui est signé dans une période de transition est facilement démontable. D’autant plus que, pour mettre en place un tel décret, il faut plusieurs semaines, voire des mois. Il n’y a donc pas assez de temps pour qu’un décret présidentiel substantiel ait un effet notable. Ce qu’il peut faire, cependant, c’est épuiser toutes les possibilités de nominations judiciaires, comme des postes de juges. Par exemple, des juges conservateurs plutôt âgés pourraient décider de partir. Dans ce cas, il ne fait aucun doute que les républicains vont nommer des juges.

Il pourrait aussi, en théorie, faire adopter un plan de soutien financier aux Américains, qui est jugé nécessaire par plusieurs, mais le président Trump pourrait aussi dire non et imposer son veto.

 

Pourrait-on revoir Donald Trump en politique active ?

Oui. C’est permis par la Constitution, puisque seul un président qui a accompli deux mandats ne peut pas revenir.Ça s’est aussi déjà vu, à la fin duXIXe siècle avec Grover Cleveland, un démocrate, qui est revenu faire un deuxième mandat après avoir été battu après un premier mandat. Est-ce que Donald Trump aurait des chances de remporter l’investiture de son parti ? Absolument. Il aurait même de très bonnes chances. Il a un contrôle tellement fort et un appui tellement solide de la part d’électeurs qui lui vouent un culte qu’à l’intérieur du Parti républicain, il pourrait ne pas être contesté.

Je pense qu’il va demeurer sur la place publique pour exploiter au maximum sa notoriété et la monnayer, parce qu’il est endetté de 400 millions de dollars. Sa situation financière est désastreuse, même si on ne connaît pas le solde exact de ses actifs.

À voir en vidéo