Bataille serrée pour le Congrès américain

Le vétéran républicain Mitch McConnell, un des plus fidèles alliés de Trump, a été l’un des premiers sénateurs de haut rang à se faire réélire mardi, au Kentucky.
Photo: Jon Cherry Agence France-Presse Le vétéran républicain Mitch McConnell, un des plus fidèles alliés de Trump, a été l’un des premiers sénateurs de haut rang à se faire réélire mardi, au Kentucky.

La course pour le Congrès reste extrêmement serrée, à l’image de la bataille pour la Maison-Blanche. La percée attendue des troupes de Joe Biden au Sénat paraît improbable. Les démocrates luttent aussi pour conserver le contrôle de la Chambre des représentants.

Les quatre membres de « l’Escouade » de recrues démocrates à la Chambre des représentants ont été réélues. Alexandria Ocasio-Cortez (New York), Ilhan Omar (Minnesota), Rashida Tlaib (Michigan) et Ayanna Pressley (Massachusetts) ont conservé leurs sièges.

Une sympathisante du groupe conspirationniste QAnon fait cependant son entrée à la Chambre : la républicaine Marjorie Taylor Greene a remporté la course dans le 14e district électoral de la Géorgie. Elle remplace le républicain Tom Graves. Mme Taylor Greene a été qualifiée d’« étoile montante des républicains » par Donald Trump.

Le vétéran républicain Mitch McConnell, un des plus fidèles alliés de Trump, a été l’un des premiers sénateurs de haut rang à se faire réélire, au Kentucky. Leader de la majorité au Sénat au moment du déclenchement de la campagne, il affrontait une démocrate de fort calibre, Amy McGrath, ancienne pilote de l’armée de l’air.

Lindsey Graham, devenu fidèle à Trump après l’avoir traité de tous les noms dans la course à l’investiture républicaine en 2016, était aussi en avance dans son fief de Caroline du Sud, devant l’avocat afro-américain Jaime Harrison.

Les troupes de Joe Biden, qui avaient besoin de ravir trois sièges aux républicains pour remporter le Sénat, en ont finalement obtenu deux : un en Arizona, un ancienne forteresse rouge où l’astronaute Mark Kelly a délogé la républicaine Martha McSally, et un au Colorado, où l’ancien gouverneur démocrate John Hickenlooper a gagné contre le républicain sortant Cory Gardner.

En Alabama, le démocrate Doug Jones a toutefois perdu son siège contre le républicain Tommy Tuberville, portant un dur coup aux espoirs de Biden de remporter le Sénat.

Tous les yeux étaient tournés vers la course à la présidence, mardi soir, mais le contrôle du Congrès reste crucial pour permettre au président de faire avancer ses projets de loi et pour confirmer les nominations du Cabinet, notamment. Trump a notamment promis de démanteler le plan de couverture des soins de santé mis en place par Barack Obama, le fameux Obamacare, mais le président n’a jamais soumis de solution de rechange en quatre ans au pouvoir.

Au moment du scrutin, le parti de Trump contrôlait le Sénat, avec 53 des 100 sièges. Le Parti démocrate détenait la majorité à la Chambre des représentants avec 232 des 435 sièges, comparé à 197 pour les républicains. Trois sièges étaient vacants et un sénateur siégeait comme indépendant.

Plusieurs luttes importantes
 

La bataille pour le Sénat en Géorgie, dans le sud du pays, retient aussi l’attention. En raison des changements démographiques et d’une mobilisation sans précédent des démocrates, les troupes de Joe Biden avaient bon espoir de faire une percée dans cet État traditionnellement rouge. 

La lutte entre la républicaine sortante, Kelly Loeffler, et le démocrate Raphael Warnock se règlera au mois de janvier. Comme aucun candidat dans cette lutte à trois n’a atteint le seuil de 50 % des voix, les électeurs devront se prononcer dans un deuxième tour le 5 janvier.

Dans l’autre course au Sénat de Géorgie, le républicain David Perdue, un fidèle de Trump, est en avance de 10 points face au démocrate Jon Ossof.

La bataille pour le Sénat dans le Maine est considérée comme une des plus importantes et des plus serrées. La républicaine modérée Susan Collins — qui a admis n’avoir pas voté pour Trump en 2016 —, élue pour la première fois en 1997, est en avance de 14 points devant la démocrate Sara Gideon, née de parents d’origines indienne et arménienne.

La sénatrice du Maine avait causé une certaine déception en appuyant la nomination du juge controversé Brett Kavanaugh à la Cour suprême. L’existence ou non du racisme systémique dans l’État frontalier avec le Québec a divisé les électeurs et les candidats, dans la foulée des violences policières et des manifestations du mouvement Black Lives Matter.

 

Avec Associated Press

À voir en vidéo