À trois jours du scrutin, Biden et Trump se démultiplient dans les États clés

Barack Obama haranguait les militants du démocrate Joe Biden réunis en «drive-in» dans l’État du Michigan, lui aussi essentiel pour le scrutin du 3 novembre.
Photo: Jim Watson Agence France-Presse Barack Obama haranguait les militants du démocrate Joe Biden réunis en «drive-in» dans l’État du Michigan, lui aussi essentiel pour le scrutin du 3 novembre.

L’un aidé par Barack Obama, l’autre en multipliant les étapes : Joe Biden et Donald Trump ont accentué samedi leurs efforts de campagne dans le Michigan et en Pennsylvanie, deux États cruciaux dans la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle mardi.

« Quatre ans de plus, quatre ans de plus », ont scandé, tour à tour, les partisans de M. Trump réunis à Newtown, Reading et Butler, trois des quatre étapes du président-candidat en Pennsylvanie samedi, qui devait s’achever à Montoursville, dans la soirée.

L’ancien promoteur immobilier avait remporté cet ancien bastion industriel, susceptible de décider du sort de l’élection, sur le fil en 2016 face à Hillary Clinton.

« C’est l’État qui va sauver le rêve américain », a martelé Donald Trump, portant sa célèbre cravate rouge, à ses militants.

Au même moment, le premier président noir des États-Unis, Barack Obama haranguait les militants du démocrate Joe Biden réunis en « drive-in » dans l’État du Michigan, lui aussi essentiel pour le scrutin du 3 novembre.

« Tout est en jeu mardi », a assuré M. Obama muni d’un masque « VOTE », fustigeant la gestion par son successeur du COVID-19, dans le pays le plus meurtri par la pandémie.

Devant ses partisans, dont très peu portent des masques, le milliardaire républicain se plaît lui à minimiser la gravité du COVID-19, dont il a lui-même été infecté.

Le nombre d’infections dans le pays continue pourtant de battre quotidiennement des records.

Sous une administration Biden, « vous serez prisonnier dans votre propre pays », a prédit samedi Donald Trump.

À l’opposé de son adversaire, Joe Biden respecte scrupuleusement les gestes barrières et mesures de précaution, au point d’être accusé par l’équipe Trump, qui relaie des interrogations sur sa forme physique et mentale, de se « cacher dans son sous-sol ».

Vote noir

Comme pour répondre à ces accusations, Joe Biden est arrivé sur son estrade de campagne à Flint au pas de course, muni de ses fameuses lunettes de soleil Aviator, sur les notes nerveuses de « Sir Duke », de Stevie Wonder.

« Il est temps que Donald Trump fasse ses valises et rentre chez lui », a lancé le démocrate, appelant les habitants de Flint, petite ville du Michigan, frappée depuis des années par une crise d’eau contaminée au plomb, à voter le 3 novembre.

La question est de savoir si davantage d’électeurs noirs du Michigan qu’en 2016 voteront. Il y a quatre ans, leur faible nombre avait fait basculer cet État dans l’escarcelle de Donald Trump, pour moins de 11 000 voix.

Le duo Biden-Obama a pris ensuite la direction de Detroit, cœur historique de l’industrie automobile américaine et l’une des grandes villes les plus pauvres des États-Unis, où près de 80 % de la population est afro-américaine.

Cette année l’ancien vice-président mène de sept points d’avance dans les plus récents sondages.

Sa colistière Kamala Harris était en Floride, pour pousser les électeurs à se rendre aux urnes de façon anticipée dans un des États où Joe Biden apparaît en mesure de disputer la victoire au républicain.

L’équipe de campagne de Joe Biden a annoncé qu’il s’adresserait « à la nation » le soir de l’élection, ce qu’Hillary Clinton n’avait pas fait lors de sa défaite, il y a 4 ans.

En face, la Première dame des États-Unis, Melania Trump, a fait campagne de son côté samedi dans le Wisconsin et le vice-président républicain Mike Pence en Caroline du Nord, où les deux candidats sont au coude-à-coude.

Quant à Donald Trump, à 74 ans et après des centaines de réunions de campagne, il ne montre aucun signe de fatigue, bien au contraire, et se prépare à une journée dantesque dimanche, avec pas moins de 5 meetings dans autant d’États différents, et plus de 3500 km de voyage au total.

L’agenda de Joe Biden apparaît clairsemé, par comparaison, avec un seul événement au programme dimanche, à Philadelphie.

« Pagaille »

Comme Donald Trump et Joe Biden, plus de 90 millions d’Américains ont déjà voté à la présidentielle, sur les plus de 230 millions d’électeurs américains.

Signe de la tension qui règne dans tout le pays à l’approche du scrutin, des commerces de plusieurs villes américaines, dont New York et la capitale Washington, se barricadaient par crainte de manifestations qui dégénéreraient.

En cas de course serrée et de résultats retardés, certains craignent que des partisans des deux candidats sortiraient dans la rue pour réclamer l’abandon de l’adversaire.

« Il va y avoir de la pagaille dans notre pays », a prédit Donald Trump samedi.

Et le président n’a pas rassuré en refusant à plusieurs reprises de dire clairement s’il céderait pacifiquement le pouvoir en cas de défaite le 3 novembre.

CNN a néanmoins révélé samedi que plusieurs responsables de la Maison Blanche collaboraient bien depuis des mois, comme le veut la tradition, avec l’équipe Biden pour préparer une éventuelle passation de pouvoirs.

À voir en vidéo